Twelve… Thousand…

Day 245, Barcelona, 12.000 km

Twelve. And thousand. Probably the two numbers I use the most in everyday language. So I have to write an article to celebrate the event.

I’ve been in Barcelona for a week. Enough time to repair my bike, to do touristy stuff, to rest, to cook, and to ride my bike a bit too. All this with a great sun and very mild temperatures: I can confirm, cycling is much more pleasant in non-winter.

First of all, repairs: Jay got a new pair of pedals and wheels, enough to ride for 12.000 km more (at least I hope so).

Then tourism: with my personal guide Liz, we spent a day visiting different nice places in Barcelona: Hospital de la Santa Creu i Sant Pau, Palau Güell, and the Sagrada Familia (under construction of course, like 80% of the monuments since the beginning of the trip), visit some open restaurants, all that with the beach never far away.

The Hospital de Sant Pau
The roof of the Palau Güell
The Sagrada Familia

Rest and cooking: I don’t need to tell you the details, but I had to deserve the gracious hospitality of my hosts so I took care of the meals from time to time (but not too often either, let’s be honest)

Finally riding: I was missing 167 km, so a first loop Tibidabo – Monserrat – Rellinars – Cerdanyola del Vallès, 130 km and 2.000 m of difference in altitude, all with rather nice landscapes, a great sun but not too hot: a treat! Then a small ride the next day, passing by Montjuic (I had to go through all the main summits around Barcelona) and the Camp Nou, just to do the last kilometers that were missing. That’s it. Tomorrow we leave on the roads, under the tent, in direction of Valencia, hoping that the COVID doesn’t catch us on the way!

Tibidabo
Ministrol de Montserrat
The cemetery of Collserola
The Camp Nou

Douze… Mille…

Jour 245, Barcelone, 12.000 km

Douze. Et mille. Probablement les deux nombres que j’utilise le plus dans le langage courant. Forcément, il me faut faire un article pour fêter l’événement.

Barcelone donc depuis une petite semaine. Le temps de faire réparer mon vélo, de faire le touriste, de me reposer, de faire un peu de cuisine, et un peu de vélo aussi. Le tout avec un soleil radieux et des températures très clémentes : je confirme, le vélo c’est tout de même bien plus agréable en non-hiver.

Réparation d’abord : Jay a une nouvelle paire de pédales et des roues dévoilées : de quoi repartir pour 12.000 km (du moins je l’espère).

Tourisme ensuite : avec mon guide personnel Liz, petite journée à faire le tour de différents endroits sympas de Barcelone : Hospital de la Santa Creu i Sant Pau, Palau Güell, et la Sagrada Familia (en travaux bien entendu, comme 80% des monuments depuis le début du voyage), on a même trouvé des restos ouverts, le tout avec la plage jamais très loin.

L’Hospital de Sant Pau
Le toit du Palau Güell
La Sagrada Familia

Repos et cuisine : je vous passe les détails, mais il me fallait tout de même mériter l’hospitalité gracieuse de mes hôtes donc je me suis chargé de temps en temps des repas (mais pas trop souvent non plus, soyons honnêtes)

Vélo enfin : il me manquait donc 167 km, donc une première boucle Tibidabo – Monserrat – Rellinars – Cerdanyola del Vallès, 130 km et 2.000 m de dénivelé, le tout avec des paysages plutôt sympathiques, un grand soleil mais pas trop chaud : un régal ! Puis un petit bout le lendemain, en passant par Montjuic (pour cocher tous les sommets aux environs de Barcelone) et le Camp Nou, histoire de faire les derniers kilomètres qui manquaient. Voilà. Demain on repart sur les routes, sous la tente, en direction de Valence, en espérant que le COVID ne nous rattrape pas en route !

Tibidabo
Ministrol de Montserrat
Le cimetière de Collserola
Le Camp Nou

A Pyrrhic victory

Day 240, Barcelona, 11.833 km

Alas, the hardest part was done, the Pyrenees were cleared, the border was passed, morale was high and a good night’s rest was in sight. But a moment of inattention, a tight turn in the road unfortunately undid all these beautiful plans and put an end to the glorious journey of Marion and Athénée. Ugly

But before all that, we left Saint Thibéry under the sun, still unaware of the terrible destiny that awaited one of us. A bit of wind, headwind of course, and paths sometimes at the limit of practicability, but the sea which awaits us at the end of the road is a sufficient motivation to not give up. And we take advantage of the long straight lines empty of cars to develop a rather powerful technique of towing: backpack on my back, Marion clings to a strap and the convoy thus formed can face any rise or gust. It is rather the latter, which gives us a hard time, but at least we take advantage of the sight: the Aude, the sea, the pond of Gruissan, a small strip of land surrounded by sea to arrive at Port La Nouvelle, we enjoy ourselves! And we even find a small corner in the shelter of a rock to pitch the tent in the evening, like a dream!

The pond of Gruissan
The arrival to Port La Nouvelle

The next day, the last one spent in France, begins rather well: the wind disappeared! On the other hand we find ourselves rather quickly on a rocky path, and then in the mud, curious ways that the GPS sometimes takes us through… In any case, we have the road only for us! And the snow-covered summits of the Pyrenees appear in the distance, like out of nowhere, it is very impressive! The road makes us go along the sea, then pass in woods, then near the sea again, very pleasant! On the other hand, regarding towns and villages, we find rather the completely empty seaside resort rather than the small and bucolic village of fishermen… Maybe another day…

The Pyrenees are looking at us
Lunch break on the beach

The next day, it’s the big day ! Crossing the Pyrenees and the border ! Ideal conditions, no wind, a great sun (I am in shorts after 20 minutes) and not too many people on the road. We start climbing rather quickly, and even the technique of the towing is not enough to make us pass the biggest percentages. We then push the bike. We pedal a little. And we push the bike again. To add a little bit of difficulty (and more meters gained at the end of the day for the stats), I make a mistake of direction, we take a beautiful descent during almost 1 kilometer before realizing that it is not the right way… we’re left to go up what we have just gone down: we pedal, we push… we push, we push… we push again and we pedal a little. Finally on the right path, it suddenly turns into a dirt road, then a very rocky one. And the GPS leads us to a private way road. Super. We make a detour, still through lots of rocks and the whole with a quite steep climb. We push the bike again, but fortunately the weather is good and the view is worth the detour.

This time we are inside of it!

At the next bend, we find ourselves in front of a new dilemma: private road (again) or the climb. We quickly agree and we pass by the private way (all our excuses to the owners, but it is for the good cause, and we took care to close the barriers behind us!). We finally end up going down, at first still on a rocky dirt path, and then finally on a road worthy of this name! That was complicated but we are on the other side of Pyrenees! A small pause in Perthus to fill the water bottles and we are on to the next test: crossing of the border. For once, the GPS is on our side and makes us arrive at the customs by a small road on the side. We see from far away cops controlling the border. But in front of us, a little hidden by the building of the customs, only a barrier with chains to block the passage. We pass underneath, praying very hard so that nobody sees us, we take hardly the time to make a photo and we ride as fast as possible on the road. I turn over during a few kilometers, fearing to see a police car at our heels, but no. We passed well without any control!

The Passage

We go through La Jonquera, bars and restaurants are open, which changes us of the last months in France: even the most dingy terrace is appealing! But we still have some kilometers to go before arriving at Figueres where a good bed awaits us and the enchanting prospect (I weigh my words) to go to a small restaurant calls us! The morale is high, and after a small ascent the road only goes down. Confidence goes up. We congratulate ourselves. We say again how cool it is to have a nice descent after the climb we just made. We are towing at full speed. Everything is going well. And there, drama: tight turn on the left, we arrive a little fast, none of us either brake or release the towing, we go straight in the slope. Result: head over heels, some bruises and scratches, a slightly warped wheel for Jay and especially a twisted front fork for Athénée. We struggle a bit to find a cab that can bring Marion to Figueres but thanks to Google Trad we finally manage it and I finish the last 15 kilometers by bike to meet her at the guest house…

I found my first castle in Spain anyway…

The next day, the verdict of the repairers we go to see is without appeal: they don’t have the material and don’t want to take the responsibility of repairing the fork… Unfortunately, the trip stops there for Athénée and Marion, whereas we had done the hardest… Ugly. Athénée ends up in the trash and Marion in the train… As if to mark the occasion, it’s raining… So I go back on the road to Barcelona, all alone…

Farewell to the brave!

Slight rain, and wide road. The beginning of the stage is not very interesting but at least the road shoulder is wide enough so that trucks don’t go too close to me. I also cross some nice little villages with stone houses and then I start the ascent of the Calonga pass: a nice road, no cars, two hikers, nice ascent! And very nice descent to the sea.

Crossing of Verges
The beach in Sant Feliu de Guíxols

Then I start to ride through the Costa Brava. Big climb to start with, then superb road in laces in the mountain, for me alone, pretty small creeks and the sea on my left. If we forget the occasional hotel complex or the big villa after a turn, we are on a rather nice road. After a night in the shelter of a pine tree in the mountain, I continue my way on the coast. I come across more and more cyclists (that must be the nearness with Barcelona, or the fact that we are Saturday) and I enter the so-so part of the route: hotels, camp-sites, big shopping malls, more hotels… Nowhere to stop to make a nice picture. Moreover, the wind has risen, headwind for a change, and I’m following the N-II between Callela and Barcelona, so mostly in the exhaust pipes. Not great. But I finally arrive in Barcelona, under a great sun, where I find Thibault and Liz for a good lunch with a nice view on the city! All good!

Nice mountain road
The Costa Brava

A week of rest and tourism planned, with the objective to discover a little the surroundings of Barcelona to ride the 167 km which I need to arrive at 12.000 before leaving along the coast in direction of Valencia… See you next time!

Une victoire à la Pyrrhus

Jour 240, Barcelone, 11.833 km

Et pourtant le plus dur était fait, les Pyrénées effacées, la frontière passée, un moral au beau fixe et une bonne nuit de repos en ligne de mire. Mais un moment d’inattention, un virage un peu serré et un talus ont malheureusement chamboulé tous ces beaux projets et mis fin au glorieux parcours de Marion et Athénée. Moche

Mais avant tout ça, nous sommes partis de Saint Thibéry sous le soleil, encore insouciants du terrible destin qui attendait l’une de nous. Un peu de vent, de face bien sûr, et des chemins parfois à la limite, mais la mer qui nous attend au bout de la route est une motivation suffisante pour ne pas baisser les bras. Et on profite des longues lignes droites vides de voitures pour mettre au point une technique de tractage assez puissante : sac à dos sur mon dos, Marion qui s’accroche à une bretelle et le convoi ainsi formé peut affronter n’importe quelle montée ou bourrasque. Ce sont plutôt ces dernières qui nous mènent la vie dure, mais au moins on profite de la vue : l’Aude, la mer, l’étang de Gruissan, une petite bande de terre entourée de mer pour arriver à Port La Nouvelle, on se régale ! Et on trouve même un petit coin à l’abri d’un rocher pour dresser la tente le soir, le rêve !

L’étang de Gruissan
L’arrivée à Port La Nouvelle

La journée du lendemain, dernière passée en France, commence plutôt bien : le vent est tombé ! En revanche on se retrouve assez vite dans les cailloux puis dans la boue, curieux chemins que le GPS nous fait parfois prendre…  En tout cas, on a la route rien que pour nous ! Et avec les sommets enneigés des Pyrénées qui apparaissent au loin, un peu comme sortis de nulle part, c’est très impressionnant ! La route nous fait longer la mer, puis passer dans des bois, puis près de la mer à nouveau, très agréable ! En revanche, côté villes et villages, on est plutôt sur de la station balnéaire totalement vide en dehors des mois d’été, pour le petit village de pêcheurs un peu bucolique on repassera…

Les Pyrénées qui nous font de l’œil
Pause déjeuner sur la plage

Le lendemain, c’est le grand jour ! Passage des Pyrénées et de la frontière au programme ! Conditions idéales en plus, pas de vent, un grand soleil (je suis en short au bout de 20 minutes) et pas trop de monde sur la route. On attaque assez vite les montées, et même la technique du tractage ne suffit pas à nous faire passer les plus gros pourcentages. Alors on pousse le vélo. On pédale un peu. Et on pousse le vélo encore. Pour ajouter un peu de difficulté (et de dénivelé, c’est bon pour les stats), je me trompe de direction, on prend une belle descente pendant presque 1 kilomètre avant que je ne me rende compte que ce n’est pas le bon chemin… on est partis pour remonter ce qu’on vient de descendre : on pédale, on pousse… on pousse, on pousse… on pousse encore et on pédale très peu. A nouveau sur la bonne route, celle-ci se transforme en un chemin de terre, puis de cailloux. Et pour en rajouter, le chemin que nous indique le GPS est en fait une voie privée. Super. On fait un détour, toujours dans les cailloux et le tout avec un dénivelé bien atroce. On pousse encore, mais heureusement il fait beau et la vue vaut le détour.

Cette fois on est en plein dedans!

 Au virage suivant, on se retrouve devant un nouveau dilemme : chemin privé (encore) ou la montée qui continue. On se met assez rapidement d’accord et on passe par le chemin privé (toutes nos excuses aux propriétaires, mais c’est pour la bonne cause, et on a pris soin de refermer les barrières derrière nous !). On finit enfin par descendre, dans un premier temps toujours sur les cailloux puis enfin sur une route digne de ce nom ! Ça a été compliqué mais on est de l’autre côté des Pyrénées !! Une petite pause au Perthus pour remplir les gourdes et on passe à l’épreuve suivante : le passage de la frontière. Pour une fois, le GPS est de notre côté et nous fait arriver à la douane par une petite route sur le côté. On voit de loin des flics qui contrôlent la frontière. Mais devant nous, un peu caché par le bâtiment des douanes, seulement une barrière avec des chaines pour bloquer le passage. On passe par-dessous, en priant très fort pour que personne ne nous voie, on prend à peine le temps de faire une photo et on file le plus vite possible sur la route. Je me retourne pendant quelques kilomètres en craignant de voir une voiture de police à nos trousses, mais non. On est bien passés sans le moindre contrôle !

Le Passage

On traverse la Jonquera, bars et restaurants sont ouverts, ça nous change des derniers mois en France : même la terrasse la plus miteuse fait envie ! Mais il nous reste encore quelques kilomètres à faire avant d’arriver à Figueres où un bon lit nous attend et la perspective enchanteresse (si si, je pèse mes mots) de nous faire un petit resto nous appelle ! Le moral est au beau fixe, et après une petite montée la route ne fait que descendre. On prend la confiance. On se congratule. On se dit à quel point c’est cool une descente après les montées qu’on vient de faire. On se tracte à plein régime. Tout va bien. Et là, c’est le drame : virage serré à gauche, on arrive un peu vite, pas le réflexe de freiner ni de lâcher le tractage, on file tout droit dans le talus. Bilan : un beau soleil, quelques bleus et éraflures, une roue légèrement voilée pour Jay et surtout une fourche avant tordue pour Athénée. On galère un peu pour trouver un taxi qui puisse amener Marion à Figueres mais grâce à Google Trad on s’en sort et je finis les 15 derniers kilomètres à vélo pour la retrouver à la chambre d’hôtes…

Je croise tout de même mon premier château en Espagne…

Le lendemain, le verdict des réparateurs que nous allons voir est sans appel : ils n’ont pas le matériel et ne veulent pas prendre la responsabilité de réparer la fourche… Le voyage s’arrête malheureusement là pour Athénée et Marion, alors que nous avions fait le plus dur… C’est moche. Athénée finit à la poubelle et Marion au train… Comme pour marquer le coup, il pleut… Je repars donc en direction de Barcelone, tout seul…

Adieu à la brave !

Petite pluie donc, et large route. Le début de l’étape est peu engageant mais au moins la bande d’arrêt d’urgence est assez large pour que les camions ne me frôlent pas de trop près. Je traverse aussi de jolis petits villages aux maisons de pierre puis me lance dans la montée du col de Calonga : une belle route, aucune voiture, deux randonneurs, sympathique montée ! Et très belle descente vers la mer.

Traversée de Verges
La plage à Sant Feliu de Guíxols

Je me lance ensuite à l’assaut de la Costa Brava. Grosse côte pour commencer, puis superbe route en lacets dans la montagne, pour moi tout seul, des jolies petites criques et la mer sur ma gauche. Si on oublie l’occasionnel complexe hôtelier ou la grosse villa au détour d’un virage, on est sur une route de type assez sympa. Après une nuit à l’abri d’un sapin dans la montagne, je continue mon petit bonhomme de chemin sur la côte. Je croise de plus en plus de cyclistes (ça doit être la proximité avec Barcelone, ou alors le fait qu’on est samedi) et je rentre dans la partie un peu moins sympa du trajet : des hôtels, des campings, des gros centres commerciaux, encore des hôtels… Pas de quoi s’arrêter pour faire une photo. En plus le vent s’est levé, de face pour changer, et je suis la N-II entre Callela et Barcelone, donc en majorité dans les pots d’échappement. Pas ouf. Mais je finis par arriver à Barcelone, sous un grand soleil, où je retrouve Thibault et Liz pour un bon déjeuner avec une jolie vue sur la ville en prime ! On est bien !!

Sympathique route de montagne
La Costa Brava

Petite semaine de repos et de tourisme prévue, avec en prime l’objectif de découvrir un peu les environs de Barcelone pour faire les 167 km qui me manquent pour arriver à 12.000 avant de repartir le long de la côte en direction de Valence… À la prochaine !

Adventure in known territory

Day 234, Saint-Thibéry, 11.467 km

New start, new year, new wheel, new companions on the road, but the landscapes have not changed for the moment. At least not too much. The weather is a little bit better (I count for the moment more sunburns than rain showers, so automatically less flooded roads) than last time (remember, it was December), I’m happy to get back on the bike and find some known roads. Avignon, Saint-Gilles, the Camargue, the Rhône to Sète canal, Aigues Mortes, the sea, the coast, and finally a royal welcome (and in tandem!) at Chantal and Olivier’s place! A good start before going to Spain.

The welcoming committee is this time on the road!
And today the road is dry

And apart from a much better weather, I’m also in much better company: in addition to a bike that doesn’t respond to me and a dino that squeaks a bit when it’s not too cold, I now have Marion and Athénée as my road partners.

Marion is a fan of Dikkenek and Armaggeddon.
She supports culture, theater and song.
A few months ago she resigned.
When I offered her a bike-trip, she said action.
And the next day, she went to Decathlon.

Athénée she found there,
Nothing to complain about, a faithful steed
A bit squeamish on the ascents, of course
But always present, when things start to get crazy…
She’s always at full throttle, all day long.

Ready for departure
The sun rises on the edge of the canal

We’re a bit ambitious the first two days (77 km then 94 km, some would say that for someone who hasn’t been cycling seriously for several years it’s even very ambitious), but Marion quickly shares with me her favorite quote (« Pain is only information » – Erg, Alain Damasio). However, my reasonable side takes over and I prepare a slightly lighter program until Barcelona: rest on Sunday to avoid the rain showers, ride to Sète on Monday to get back on the road and a quiet departure on Tuesday.

Road by the sea…
… before a small picnic on the beach

Let’s keep our fingers crossed that the borders are open to cyclists and that the next post will come from Barcelona! See you soon!

Rendez-vous en terrain connu

Jour 234, Saint-Thibéry, 11.467 km

Nouveau départ, nouvelle année, nouvelle roue, nouveaux compagnons sur la route, mais les paysages n’ont pour le moment pas changé. Du moins pas trop. La météo est un peu plus clémente (je compte pour le moment plus de coups de soleil que d’averses, donc automatiquement moins de routes inondées) que la dernière fois (il faut dire aussi que c’était le mois de décembre), je suis content de remonter sur le vélo et de retrouver des routes connues. Avignon, Saint-Gilles, la Camargue, le canal du Rhône à Sète, Aigues Mortes, la mer, la côte, et pour finir un accueil royal (et en tandem !) chez Chantal et Olivier ! Une bonne mise en jambe avant d’attaquer l’Espagne.

Le comité d’accueil est véhiculé cette fois !
Et les routes sont sèches…

Et hormis une météo bien meilleure, je suis aussi en bien meilleure compagnie : en plus d’un vélo qui ne me répond pas et d’un dino qui couine un peu quand il ne fait pas trop froid, j’ai désormais pour partenaires de route Marion et Athénée.

Marion est fan de Dikkenek et d’Armaggeddon.
Elle soutient la culture, le théâtre et la chanson.
Il y a quelques mois, elle a posé sa démission.
Quand je lui ai proposé un bike-trip, elle a dit action.
Et le lendemain, elle a filé à Decathlon.

Athénée elle y a trouvé,
Rien à y redire, un fidèle destrier
Renâclant certes un peu dans les montées
Mais toujours présente, quand ça commence à barder
Elle est toujours à fond, toute la journée.

Prêts pour le départ!

Le soleil se lève sur le bord du canal

On est un peu ambitieux les deux premiers jours (77 km puis 94 km, d’aucuns diraient que pour quelqu’un qui n’a pas fait sérieusement du vélo depuis plusieurs années c’est même très ambitieux), mais Marion me fait rapidement part de sa citation préférée (« La douleur n’est qu’une information » – Erg, Alain Damasio) mais mon côté raisonnable prend le dessus et je nous prépare un programme un peu plus allégé jusqu’à Barcelone : repos le dimanche pour éviter les averses, promenade jusqu’à Sète le lundi pour se remettre en jambes et départ tranquille le mardi.

Route en bord de mer…
… avant un petit pique-nique sur la plage

Croisons les doigts pour que les frontières soient ouvertes aux cyclistes et que le prochain post vienne de Barcelone ! A plus !

Mars, a pleasure you can’t measure

Day 229, Avignon, 11.231 km

As one of you said in your comment on the last post, the title of this article was already given. I took the liberty of playing with the punctuation to give the impression that the title comes from me anyway. But that’s not the point…

After almost two and a half months of break (except for the short rides around Avignon and the trip to Marseille), I’m about to finally get back on the road! With the added bonus of a mystery guest that I will introduce you to in the coming weeks… Short-term objectives: reach the sea, go along the coast towards the South, cross the border with Spain (it’s not done yet, but we’ll try to sneak through the smugglers’ routes), and arrive in Barcelona. Pedal will tell!

But before leaving again, I’ll give you a short summary of the last two months:

  • 1.900 km covered… by train (I promise, from now on I stop)
  • 1,031 shear strokes (a short conversion into a farm worker to shear vines in Alsace)
  • 18 books (I had to keep busy on the train)
  • 9 pairs of new socks (many of you have taken pity on my feet… thank you for them!).
  • 8 different beds (thanks again to the friends and family who welcome me!!)
  • 5 spokes (that I will now have with me if my rear wheel starts to break down again)
  • 3 newborns (did you say lockdown-babies?)
  • Most used word:  » masterclass  » (32.656 times during a weekend in Lyon)
  • Most frequently asked question: « Where did you park your bike » (I convinced people that I was crazy enough to ride my bike in the snow).
  • Minimum temperature: -12°C (well not that crazy, I knew it was a good idea to take a break)

And as it would be a shame to have a post without picture, I leave you with my colleagues vine trimmers… Talk to you soon from the road!

Mars, et ça repart

Jour 229, Avignon, 11.231 km

Comme le disait l’un de vous dans son commentaire du dernier post, le titre de cet article était déjà tout trouvé. Je me suis tout de même permis de prendre quelques libertés avec la ponctuation pour donner l’impression que le titre vient de moi. Mais là n’est pas le sujet…

Après près de deux mois et demi de pause (si on excepte les petites balades autour d’Avignon et l’aller-retour à Marseille), je m’apprête à enfin reprendre la route ! Avec en prime une invitée mystère que je vous présenterai au cours des prochaines semaines… Objectifs à court terme : atteindre la mer, longer la côte vers le Sud, traverser la frontière avec l’Espagne (c’est pas encore gagné, mais on va tenter de se faufiler par les chemins de contrebande), et arriver à Barcelone. Qui pédalera verra !

Mais avant de repartir, il me faut quand même faire un petit bilan des deux derniers mois :

  • 1.900 km parcourus… en train (promis, à partir de maintenant j’arrête)
  • 1.031 coups de sécateurs (une courte reconversion en ouvrier agricole pour tailler les vignes en Alsace)
  • 18 livres (il faut bien s’occuper dans le train)
  • 9 paires de chaussettes neuves (vous êtes plusieurs à avoir pris mes pieds en pitié… merci pour eux !)
  • 8 lits différents (encore merci aux amis et à la famille qui m’accueillent !!)
  • 5 rayons (que je vais dorénavant avoir avec moi si jamais ma roue arrière se remet à faire des siennes)
  • 3 nouveaux nés (vous avez dit bébé-confinement ?)
  • Mot le plus utilisé : « masterclass » (32.656 fois pendant un weekend à Lyon)
  • Question la plus souvent posée : « Où as-tu garé ton vélo ? » (comme quoi j’ai convaincu les gens que j’étais assez fou pour faire du vélo sous la neige)
  • Température minimale : -12°C (finalement pas si fou que ça, je savais bien que c’était une bonne idée de faire une pause)

Et comme ce serait dommage d’avoir un post sans image, je vous laisse avec mes collègues tailleurs de vigne… à très vite depuis la route !

DOUBLE BREAK!

Day 192, Avignon, 11.231 km

I had left Jay at the repair shop before the holidays, my heart full of hope and my head full of plans, already rejoicing at the idea of ​​skirting the Mediterranean from Spain, hair in the wind and facing the sun, while the rest of Europe would suffer from cold waves and snowstorms… And then life reminded me that the plans that come true are often those that were not planned. Considering that it took me almost 3 weeks to get a new wheel for Jay, that it’s cold everywhere (and finally I ended up realizing something: biking by 4 ° and in the rain is really not funny) and that this dear virus is locking everyone in their homes, I decided to take another break. New start planned for the beginning of March, hoping to see it a little clearer (in every sense of the word) by then! In exchange for these two months of break, I will extend the adventure for two more months this summer, which will provide you with reading material until the end of August!

But rest assured, I have been very busy all the same during all this time: a bit of cycling to go see my aunt, including a small detour in the vineyards of Châteauneuf-du-Pape. A tour of the Aix hinterland to try my cousin’s Christmas present, with a little tour in the Maquis (where the French resistants were hiding during WWII) and a passage at high altitude in the middle. A brand new wheel and full overhaul for Jay and a round trip to Marseille to top it off.

In the vineyards near Châteauneuf-du-Pape
The climb is steep …
… but the view at the top is worth the effort

So I pick up Jay equipped with his new wheel and prepare to leave for Marseille. I think for a long time about how best to describe the feeling I have when I see this wheel, the promise of a bright future without broken spokes long detours by the first available repairman. I had a few hours of cycling to think about it, and I finally came to the conclusion that the best way to say it would be to let my faithful companion speak: Jay is beaming !! (the joke works only in French sadly…)

Brand new Jay!

Departure for Marseille, I once again take the road that leads me to Mallemort (for the 4th time already, I am starting to know it by heart), in a light rain (I always had a knack for choosing my moments) and with the wind in the face (it seems that it only happens once every 20 years to have a wind that comes from the South-East, a real talent I’m telling you …). But we have a good time anyway, I’m happy to be able to do a little cycling again, and since I’m not in sugar I don’t even feel the rain (which stops very quickly by the way). To make my job easier, I decided to take a little detour up the heights to the north of Marseille so as to avoid too much of the town at once. “Great idea!” I say to myself, contemplating the view after a painful climb. The sky is a little gray but I can see Marseille in the distance, the sea too, and even a superb high voltage line which enhances the beauty of the landscape!

The Sainte-Anne pass…
… and the view over Marseille

When I start the descent, I tell myself that in the end maybe it was not such a good idea: there are holes and stones everywhere, I’m afraid of breaking Jay’s new wheel (!!!) … Finally, despite the cramps that are starting to be felt in my hands, I arrive at the bottom of the slope without damage and I quietly finish the last kilometers that remain until the finish at Régis and Béné’s. Then after a good shower, an invigorating aperitif, a hearty dinner and an OM match (tradition obliges!), I hit the road the next day to go to Benoit and Margaux.

It seems that it hardly ever rains in Marseille. Well, I probably brought something from Hamburg in my saddlebags: the city tour is cut short due to a heavy downpour. Never mind, we get revenge during the weekend: plane ride with Mika over Marseille on Saturday morning and hike in the calanques on Sunday. And all under a radiant sun!

The A-team!
The blue coast
The calanques under the sun
Rather pleasant view for a picnic break

The next day, final step before the Break. Wind is announced, from the North-West this time, therefore against me (I told you that I knew how to choose my moments). The start of the stage is rather quiet, we cross the magnificent northern districts of Marseille, with from time to time a huge hill that comes out a little out of nowhere and then descends immediately after … I then go through Aix (quite dead in this period COVID) and just arrived at lunchtime in Venelles to meet my aunt and my grandmother. So far, so good !

The afternoon promises to be long, very long, especially as the wind starts to blow and I ride in endless and well-exposed straight roads. And as a bonus, I am redoing the Mallemort-Avignon section for the 5th time, I even forget to marvel at the beauty of the landscapes. But all good things unfortunately come to an end, I arrive in Avignon and I drive Jay back to the garage for him to spend the month of February warm!

Break now, with train trips for the next few weeks and a resumption of the cycling season scheduled for early March! Until then, be well and enjoy the winter!

Mid-term review

RE-PAUS(E)!

Jour 192, Avignon, 11.231 km

J’avais laissé Jay chez un réparateur avant les fêtes, le cœur empli d’espoir et des plans plein la tête, me réjouissant déjà à l’idée de longer la Méditerranée depuis l’Espagne, cheveux au vent et face au soleil, pendant que le reste de l’Europe subit vagues de froid et tempêtes de neige… Et puis la vie s’est chargée de me rappeler que les plans qui se réalisent sont souvent ceux qu’on n’avait pas planifiés. Vu qu’il m’a fallu quasiment 3 semaines pour récupérer une nouvelle roue pour Jay, qu’il fait froid partout (et que j’ai fini par me rendre à l’évidence : le vélo par 4° et sous la pluie c’est vraiment pas marrant) et que ce cher virus enferme tout le monde chez soi, j’ai décidé de faire une nouvelle pause. Nouveau départ prévu au début du mois de Mars, en espérant y voir un peu plus clair (dans tous les sens du terme) d’ici là ! En échange de ces deux mois de pause, je prolongerai l’aventure de deux mois de plus cet été, ce qui vous fera de la lecture jusqu’à fin Août!

Mais rassurez-vous, je me suis tout de même bien occupé pendant tout ce temps : un peu de vélo pour aller voir ma tante, avec notamment un petit détour dans les vignes de Châteauneuf-du-Pape. Un tour dans l’arrière-pays aixois pour étrenner le cadeau de Noël de ma cousine, avec un petit tour dans le maquis et un passage en haute altitude au milieu. Une nouvelle roue toute neuve et une révision complète pour Jay et un aller-retour à Marseille pour couronner le tout.

Dans les vignes vers Châteauneuf-du-Pape
La montée est sévère…
… mais la vue en haut vaut le détour

Je récupère donc Jay équipé de sa nouvelle roue et me prépare à partir pour Marseille. Je réfléchis longuement à la meilleure manière de dépeindre le sentiment qui m’habite quand je vois cette roue, promesse d’un avenir radieux sans rayons cassés ni détours en catastrophe par le premier réparateur venu. J’ai eu quelques heures de vélo pour y penser, et je suis finalement parvenu à la conclusion que la plus belle façon de le dire serait de laisser parler mon fidèle compagnon : Jay rayonne !! (vous avez compris ?)

Jay rayonne (pour ceux qui n’auraient toujours pas fait le lien…)

Départ pour Marseille donc, je prends une nouvelle fois la route qui me mène à Mallemort (pour la 4ème fois déjà, je commence à la connaitre par cœur), sous une légère pluie (j’ai toujours eu le chic pour choisir mes moments) et avec le vent dans le nez (il paraît que ça n’arrive qu’une fois tous les 20 ans d’avoir un vent qui vient du Sud-Est, le talent je vous disais …). Mais on passe un bon moment tout de même, je suis content de pouvoir refaire un peu de vélo, et puis comme je ne suis pas en sucre je ne sens même pas la pluie (qui s’arrête très vite d’ailleurs). Pour me simplifier la tâche, j’ai décidé de faire un petit détour par les hauteurs au Nord de Marseille histoire d’éviter de faire trop de ville d’un coup. « Bien m’en a pris ! », me dis-je en contemplant la vue après une montée bien casse-pattes. Le ciel est un peu gris mais je distingue Marseille dans le lointain, la mer aussi, et même une superbe ligne à haute tension qui rehausse la beauté du paysage !

Le col Sainte-Anne…
… et la vue sur Marseille

Quand je commence la descente, je me dis que finalement ce n’était peut-être pas une si bonne idée : il y a des trous et des cailloux partout, j’ai peur de casser la roue neuve (!!!) de Jay… Finalement, malgré les crampes qui commencent à se faire sentir dans mes mains, j’arrive sans dommages en bas de la pente et je finis tranquillement les derniers kilomètres qui restent jusqu’à l’arrivée chez Régis et Béné. Puis après une bonne douche, un apéro revigorant, un dîner bien copieux et un match de l’OM (tradition oblige !), je reprends la route le lendemain pour aller chez Benoit et Margaux.

Il parait qu’il ne pleut quasiment jamais à Marseille. Eh bien j’ai dû ramener quelque chose depuis Hambourg dans mes sacoches : la visite de la ville est écourtée à cause d’une belle averse. Qu’à cela ne tienne, on se venge pendant le weekend : tour en avion avec Mika au-dessus de Marseille le samedi matin et randonnée dans les calanques le dimanche. Et le tout sous un soleil radieux !

La fine équipe !
La côte bleue
Les calanques sous le soleil
Vue plutôt agréable pour une pause pique-nique

Le lendemain, étape finale avant la Pause. Du vent est annoncé, du Nord-Ouest cette fois, donc de face (je vous disais que je savais choisir mes moments). Le début de l’étape est plutôt tranquille, on traverse les magnifiques quartiers nord de Marseille, avec de temps en temps une énorme côte qui sort un peu de nulle part et qui redescend immédiatement après… Je traverse ensuite Aix (assez mort en cette période de COVID) et arrive juste à l’heure du déjeuner à Venelles pour y retrouver ma tante et ma grand-mère. Jusqu’ici, tout va bien !

L’après-midi s’annonce longue, très longue, surtout que le vent se met à souffler et que je roule sur des lignes droites interminables et bien exposées. Et en prime, je refais le tronçon Mallemort-Avignon pour la 5ème fois, j’en oublie même de m’extasier devant la beauté des paysages. Mais bon, toutes les bonnes choses ayant malheureusement une fin, j’arrive à Avignon et je rentre Jay au garage pour qu’il y passe le mois de février au chaud !

Pause maintenant donc, avec des déplacements en train pour les prochaines semaines et une reprise de la saison cycliste prévue début Mars ! D’ici là portez-vous bien et profitez de l’hiver !

Bilan de mi-parcours