Day 397+2, Hamburg, 28.122 km

How do you put an end to a 13-month adventure? It is difficult. I’ve been delaying this article for the last two days, as if I wanted to extend the trip a bit, as if I could leave at any time, as if Hamburg was only a stop like the others…

In theory (or at least according to my theory), the trip from Leipzig to Hamburg should have been like this: 400 kilometers flat, with some small hills to warm up the thighs from time to time, a light breeze to keep the temperature down, a road through the forest and nice little villages, far from the cars so that the squirrels, the foxes and the birds could escort me, a kind of farewell tour after these 13 months of biking.

The reality was of course different. Completely different. On the way out of Leipzig I realize that my nice plan is already shattered to pieces. I had forgotten about the wind. Headwind of course, just to do things right. And not a nice little breeze that I can just ignore. We’re talking about a weather warning type of wind: « Be careful, there may be branches flying ». Great. And not a minute of respite, not a row of trees to protect me… And no beautiful view to take my mind off it, so that I can tell myself that it was worth braving this storm, only fields and windmills. I see in the distance windmills which do not turn. I tell myself that the wind is maybe less strong in this direction, at least not strong enough to make the wind turbines turn. In fact no, it is just the wind turbines that are on strike. False hope… To make things worse, it starts to rain and the bike path becomes a very unpleasant paved road. Cherry on the cake! I hesitate for a microsecond to take my phone out and look if there is a train that can take me directly to Hamburg, I’m fed up, I just want to go home. At least I’m not too sad to stop cycling…

Oooh, the beautiful fields!
Damn cobblestones

I have the misfortune to look at the weather forecast in the evening, the same thing is announced for the next day. And on top of that I want to go far enough to be in Hamburg around noon the day after tomorrow. The 125 kilometers that separate me from Hanover are a long way of the cross, yelling at the wind, the rain, the stones, the Universe, the windmills, the cars, everything that goes through my head. I don’t stop in Braunschweig, I just want to get somewhere and have the wind stop. In Hannover, I’ll branch off to the north and in theory (I like theories…) I’ll have the wind at ¾ back. That’s the only thing that keeps me going. Small pause in front of the town hall, the time to eat a piece and to drink a small Coke and I go back to the road again. Exactly 38 seconds after having started again, flood. I laugh about it, this time the wind pushes me. It can rain all that it wants it is equal for me. And then I realize that the address I just entered in my GPS is Hamburg, the last destination of this trip. The end. I have rain in my eyes too… I stop just after the Bergen-Belsen camp memorial, nice company for tonight ! Last night of bivouac, I make the pleasure last, I do not want to go to sleep. A pair of eyes passes in the beam of my lamp, blinks once, twice, and then disappears. The sounds of the forest seem different, more solid, more present than usual. Or maybe it’s just my imagination…

One of the elements of the Bergen-Belsen memorial
The last camp

Last day. Last kilometers. Last pedal strokes. Last drops of rain too. All this sounds a little too final for my taste but I feel with the road that scrolls the book of this trip closing. Sad? A little bit. Relieved? After these last days, yes. Happy? The idea of being back in Hamburg, in my bed, with my friends, is far from unpleasant. It’s hard to say exactly how I feel when I see a sign that says: « Hamburg – 50 km ». Then it’s Hamburg’s. It’s raining, the city welcomes my return in its own way. I have the right to a royal escort for the last 16 kilometers before going to eat in the same restaurant where we had eaten the day I left. Except for the weather, everything is the same. Or maybe the weather is rainy because it’s over…

Hamburg!
Followed by a horde of fans…

Finished. And like any good consultant, I really like numbers so here are a few:

  • 28.122 kilometers, or 0,70 times around the Earth, or a little more than a round trip from Paris to Beijing
  • 240,252 meters of positive elevation gain, the equivalent of 27 Everest climbs or 50 Mont Blanc climbs
  • 1,507 hours and 24 minutes of pedaling, or 63 days or 5,426,640 (five million four hundred and twenty-six thousand six hundred and forty) seconds
  • 115 nights in a tent, but 218 nights with friends or family
  • Almost 18 kilos of chocolate, 14 kilos of tuna and 30 kilos of pasta (at least!)
  • 4.574 photos, that is if I printed them all a 54 centimeters high pile or a 686 meters long frieze

Finished. But I have filled this year with more memories, encounters, sensations, joy, sorrow… with life finally, more than each of the thirty or so that came before. I hope to keep some of this energy that has accompanied me all this time when I have to make Power Point slides or Excel spreadsheets all day long. Or maybe I’ll use it differently. I don’t know yet, only the future will tell. A future where Jay and Bob will still be there traveling with me from time to time… I hope…

Finished. And thank you. Thank you for welcoming me, dirty, stinky, bearded, wet… And for those I didn’t stop by, sorry for doing my itinerary wrong… The next European tour will be adjusted accordingly… Thank you all for reading, commenting, writing or calling me. When the wind blows and the rain falls, one remembers the message of the day before or looks forward to the call of the day after.

Finished. But since I can’t finish, I …

I let you find the cities this time

Jour 397+2, Hambourg, 28.122 km

Comment mettre un point final à une aventure de 13 mois ? C’est difficile. Je joue un peu la montre depuis deux jours, comme pour prolonger un peu le voyage, comme pour avoir l’impression de pouvoir repartir à tout moment, comme si Hambourg n’était qu’une nouvelle étape…

En théorie (ou du moins selon ma théorie), le trajet entre Leipzig et Hambourg aurait dû se passer de la manière suivante : 400 kilomètres de plat, avec des petites collinettes pour faire chauffer les cuisses de temps en temps, une légère brise pour que la température ne soit pas trop élevée, une route à travers la forêt et de jolis petits villages, loin des voitures pour que les écureuils, les renards et les oiseaux puissent m’escorter, une sorte de tournée d’adieu après ces 13 mois de vélo… Plutôt bien comme scénario non ?

La pratique a bien entendu été autre. Toute autre. En sortant de Leipzig je me rends compte que mon beau plan va voler en éclats. J’avais oublié le vent. De face bien sûr, histoire de bien faire les choses. Et pas une petite brise sympathique que je peux me contenter d’ignorer. On parle d’un vent de type alerte météo : « Attention, il peut y avoir des branches qui volent ». Génial. Et pas une minute de répit, pas une rangée d’arbres pour me protéger… Et pas non plus de belle vue pour me changer les idées, pour me dire que ça valait le coup de braver cette tempête, seulement des champs et des éoliennes. Je vois au loin des éoliennes qui ne tournent pas. Je me dis que le vent est peut-être moins fort dans cette direction, du moins pas assez puissant pour faire tourner les éoliennes. En fait non, ce sont justes les éoliennes qui font la grève. Faux espoir… Pour ne rien arranger il se met aussi à pleuvoir et la piste cyclable se transforme en route pavée très désagréable. La totale ! J’hésite une microseconde à sortir mon téléphone et à regarder s’il n’y a pas un train qui peut m’amener directement à Hambourg, j’en ai marre, je veux juste rentrer chez moi. Au moins je ne suis pas trop attristé à l’idée d’arrêter le vélo…

Oooh, les beaux champs !
Fichus pavés

J’ai le malheur de regarder la météo le soir, la même chose est annoncée pour le lendemain. Et en plus je veux avancer assez loin pour pouvoir être à Hambourg vers midi le surlendemain. Les 125 kilomètres qui me séparent de Hanovre sont un long chemin de croix, à pester contre le vent, la pluie, les cailloux, l’Univers, les éoliennes, les voitures, un peu tout ce qui me passe par la tête. Je ne m’arrête pas à Braunschweig, je veux juste arriver et que le vent s’arrête. À Hanovre, je bifurquerai vers le Nord et en théorie (j’aime les théories…) j’aurai le vent de ¾ dos. C’est la seule chose qui me fait encore avancer. Petite pause devant la mairie, le temps de manger un morceau et de boire un petit Coca et on repart. Exactement 38 secondes après m’être remis en route, déluge. J’en rigole, cette fois le vent me pousse. Il peut pleuvoir tout ce qu’il veut ça m’est égal. Et puis c’est à ce moment-là que je me rends compte que l’adresse que je viens de rentrer dans mon GPS est celle d’Hambourg, de la dernière destination de ce voyage. De la fin. J’ai de la pluie dans les yeux aussi… Je m’arrête juste après le mémorial du camp de Bergen-Belsen, charmante compagnie pour ce soir !! Dernière nuit de bivouac, je fais durer le plaisir, je n’ai pas envie d’aller dormir. Une paire d’yeux passe dans le faisceau de ma lampe, cligne une fois, deux fois, et puis disparaît. Les bruits de la forêt semblent différents, plus solides, plus présents que d’habitude. Ou alors c’est seulement mon imagination…

Un des éléments du mémorial de Bergen-Belsen
Le dernier des camps

Dernier jour. Derniers kilomètres. Derniers coups de pédale. Dernières gouttes de pluie aussi. Tout ça sonne un peu trop définitif à mon goût mais je sens avec la route qui défile le livre de ce voyage qui se referme. Triste ? Un peu. Soulagé ? Après ces derniers jours, oui. Content ? L’idée de retrouver Hambourg, mon lit, mes amis est loin de me déplaire. Difficile de dire exactement ce que je ressens quand je vois un panneau qui indique : « Hambourg – 50 km ». Puis c’est celui d’Hambourg. Il pleut, la ville accueille mon retour à sa manière. J’ai le droit à une escorte royale pour les 16 derniers kilomètres avant d’aller manger dans le même restaurant dans lequel on avait mangé le jour de mon départ. A part le temps, tout pareil. Ou peut-être que le temps est à la pluie parce que c’est fini…

Hambourg !!
Suivi par une horde de fans…

Fini. Et comme tout bon consultant, j’aime beaucoup les chiffres alors en voici quelques-uns :

  •  28.122 kilomètres, soit 0,70 fois le tour de la Terre, ou un peu plus qu’un aller-retour Paris-Pékin
  • 240.252 mètres de dénivelé positif, soit l’équivalent de 27 ascensions de l’Everest ou de 50 ascensions du Mont Blanc
  • 1.507 heures et 24 minutes de pédalage, soit 63 jours ou 5.426.640 (cinq millions quatre cent vingt-six mille six cent quarante) secondes
  • 115 nuits sous la tente, mais surtout 218 nuits chez les amis ou la famille
  • Près de 18 kilos de chocolat, 14 kilos de thon et 30 kilos de pâtes (au minimum !)
  • 4.574 photos, soit si je les imprimais toutes une pile de 54 centimètres de haut ou une frise de 686 mètres de long

Fini. Mais j’ai rempli cette année de plus de souvenirs, de rencontres, de sensations, de joie, de peine… de vie finalement, plus que chacune des trente et quelques qui ont précédé. J’espère garder une partie de cette énergie qui m’a accompagné tout ce temps quand il faudra faire des slides Power Point ou des tableurs Excel toute la journée. Ou alors que je l’utiliserai autrement. Je ne sais pas encore, seul l’avenir le dira. Avenir où Jay et Bob seront encore là à voyager à mes côtés de temps en temps… J’espère…

Fini. Et merci. Merci de m’avoir accueilli, sale, puant, barbu, mouillé… Et pour ceux chez qui je ne suis pas passé, désolé d’avoir mal fait mon itinéraire… Le prochain tour d’Europe sera ajusté en conséquence… Merci à tous de m’avoir lu, commenté, écrit ou appelé. Quand le vent souffle et la pluie tombe, on se rappelle du message de la veille ou on se réjouit de l’appel du lendemain.

Fini. Mais comme je ne sais pas finir, je …

Je vous laisse trouver les villes cette fois

An (almost) uneventful trip…

Day 394, Leipzig, 27.684 km

Vienna – Leipzig. A little less than 600 km. 4 days. 2 borders. Nothing to report. That’s it. An article that writes itself, no need to strike to make it short this time…

Some of you may have noticed, there is a parenthesis in the title. With a six-letter word inside. « Almost ». Which of course changes everything… For those who want to know more about « almost », the rest of this article is for you. For the others, just look at the pictures, or even better, take one of the previous articles and look at the pictures, it will make you travel a little further…

During the Viennese evening, I become aware of a detail that will follow me until the end of the trip: after more than 27.000 km, the equipment is breaking down… My watch doesn’t work anymore since Slovenia, and now it’s the charger cable that doesn’t charge anymore. Probably a little too much abuse. But nothing irreplaceable, a little walk in town and I have a new cable, ready to charge my phone until Hamburg! As I leave, I take the same road as last summer for a few kilometers, memories come flooding in, I feel like I’m rewinding the whole trip in fast forward… I enjoy one last time nice views on the Danube, before crossing a bridge and heading to the Czech Republic.

A last look at the beautiful blue Danube

The next part of the trip can be summed up in one word: countryside. I still have fond memories of the Austrian mountains, of those sparkling rivers and steep gorges, impressive despite the clouds, fog and rain. This time it’s the countryside, fields as far as the eye can see: corn, wheat, sunflower, vineyards, and even other more surprising plants (I let you guess by looking at the pictures), but nothing illegal apparently. Hobbits’ houses too, but they disappear as quickly as they appeared…

What would the general say?
Welcome to the Shire

The quiet climb to the Czech border begins. Based on my last experiences, I’m not sure what to expect this time. Control? No control? I come across the usual border posts, but totally empty this time. Finally a border as we like them! I am glad to be back in the Czech Republic, and the trip in my memories continues: the villages with unpronounceable names, the yellow signs of the bicycle paths and the blue ones of the county roads with their arrows not always well placed. I also remember that there are very few public fountains, that it is most often necessary to find the cemeteries… I struggle a bit, start to feel thirsty and find a well with a half-erased sign. I call a friend, Google Translate, who transcribes the sign by « Water to drink, even after overheating ». I tell myself that there is a hidden meaning in the sentence that I don’t understand, but I essentially retain the beginning of it and drink a good liter of water from this well… Excellent idea. A little later, I come across another well with a sign in good condition this time. Doubtful, I ask Google again to help me, and this time the answer is clear: « Water not to drink, even after overheating ». Very clever, but since everything seems to be going well, I quickly forget what I drank and concentrate on my path while avoiding the wells that seem suspicious…

After a good night’s sleep in the forest, on a soft moss carpet, my tormented story with the equipment continues: it is now the odometer that does not work anymore. Excellent! It’s going to be navigation at sight, with for only reference the time which passes, indicated by the hour sounded by the belfries of the crossed villages. It is not necessarily a bad thing, it also allows me to enjoy the landscape more…

The fishermen on the lake
The village of Vajgar

What I had forgotten a bit, but that the road is constantly trying to remind me, is how the Czech Republic is not flat. Not a single kilometer. Always going up or down. Moreover, with my mania for ignoring all prohibitions, I pass on a freshly paved road and find myself with sticky tires that pick up everything laying on the road… With the melodious squeaking of my pedals, I now also have the sweet music of the pebbles that scrape my fenders… A treat! Tired by so much hills, I wish for a more flat section. And as if by magic, the Vlatva (that I had already followed to get to Prague, let’s continue the trip in memories) falls from the sky. Flat, finally! On the other hand, I was talking about material, and well I realize that I broke not one but two spokes of my rear wheel. Great. Impossible to continue like that. The workshop where I stop tells me that they can’t take care of it in the evening but the next day first thing. I just have to find a place to sleep for the night somewhere in the area…

The Vlatva
Memories, memories…

The next day, I have again a wheel with all its spokes and I set off towards Germany. The road recommended by the GPS makes many turns and detours, so I decide to cut it short and take the highway (not the real one, don’t worry, rather a national road) to go faster. It will remind me of Italy! At the beginning everything is fine, then comes a construction zone. I say to myself « Great, it’s the right time to take this road, people will drive slower ». Of course, people are driving slower, but there is almost no space to overtake and a slower car is always too fast for a bike when the vehicle passes at 40 centimeters from you… Fortunately it doesn’t last and I finally reach Chomutov, the last big city before the border… Water refill and here we go again! A bike path in the forest that goes up quietly to the top, I tell myself that I will finish the Czech Republic as I started it last summer. Then I remember that there were also rocks. The rocks arrive, interspersed with strips of asphalt, sometimes only a few meters long, as to say « See, it’s comfortable, isn’t it! Well, take a dose of rocks! The border crossing is uneventful: I am back in Germany!

One last look
Nice this border…

I only have to go to Leipzig. A small quiet day. At least that’s what I think. The night is agitated, the siren of the close by firemen casern is triggered around 2:30 am, I wonder for a short moment if the forest where I settled is burning. But it doesn’t last and I go back to sleep. When I wake up the next day, my stomach is all messed up. « Water not to drink » remember. Impossible to eat anything. Useful for cycling. A little weak, I set off anyway. It’s hard, I tell myself that I almost wish I was back already. A little nap in the middle of the stage gives me some strength but it is far from a pleasant journey. Moreover I am supposed to ride along lakes, at least that’s what the GPS tells me, but they are all hidden by factories. Great! Leipzig arrives finally, last stop before Hamburg, with a good shower and a good bed!

Un retour (presque) sans histoires…

Jour 394, Leipzig, 27.684 km

Vienne – Leipzig. Un peu moins de 600 km. 4 jours. 2 frontières. Rien à signaler. Voilà. Un article qui s’écrit tout seul, même pas besoin de faire grève pour faire court cette fois…

Certains l’ont sûrement remarqué, il y a une parenthèse dans le titre. Avec un mot de sept lettres à l’intérieur. « Presque ». Qui bien entendu change tout… Pour ceux qui veulent en savoir plus sur « presque », la suite de cet article est faite pour vous. Pour les autres, contentez-vous de regarder les photos, ou même mieux, prenez un des articles précédents et regardez-en les photos, ça vous fera voyager un peu plus loin…

Au cours de la soirée viennoise, je prends conscience d’un détail qui va me suivre jusqu’à la fin du voyage : après plus de 27.000 km, le matériel est en train de lâcher… Ma montre ne fonctionne plus depuis la Slovénie, et là c’est le câble du chargeur qui ne fonctionne plus. Probablement un peu trop maltraité. Mais rien d’irremplaçable, un petit tour en ville et j’ai un nouveau câble, prêt à charger mon téléphone jusqu’à Hambourg ! En repartant, j’emprunte la même route que l’été dernier pendant quelques kilomètres, les souvenirs affluent, j’ai l’impression de rembobiner tout le voyage en accéléré…  Je profite une dernière fois de chouettes vues sur le Danube, avant de traverser un pont et de m’élancer vers la République tchèque.

Un dernier regard sur le beau Danube bleu

La suite, elle tient en un mot : campagne. Je garde encore un souvenir ému des montagnes autrichiennes, de ces fleuves scintillants et ces gorges abruptes, impressionnants malgré les nuages, le brouillard et la pluie. Cette fois j’ai le droit à la campagne, des champs à perte de vue : du maïs, du blé, du tournesol, des vignes, et même d’autres plantes plus surprenantes (je vous laisse deviner en regardant les photos), mais rien d’illégal à priori. Des maisons de hobbits aussi, mais qui disparaissent aussi rapidement qu’elles sont apparues…

Qu’en dirait le général ?
Bienvenue dans la Comté

Commence la montée tranquille vers la frontière tchèque. Au vu de mes dernières expériences, je ne sais pas trop à quoi m’attendre cette fois. Contrôlera ? Contrôlera pas ? Je croise bien les postes frontières de rigueur, mais totalement vides cette fois. Enfin une frontière comme on les aime !! Je retrouve avec plaisir la République tchèque, et le voyage dans mes souvenirs continue : les villages aux noms imprononçables, les panneaux jaunes des pistes cyclables et ceux bleus des routes départementales avec leurs flèches pas toujours bien placées. Je me souviens aussi qu’il y a très peu de fontaines publiques, qu’il faut le plus souvent trouver les cimetières… Je galère un peu, commence à être assoiffé et trouve un puit avec un écriteau à demi-effacé. Je fais appel à un ami, Google Translate, qui me transcrit le panonceau par « Water to drink, even after overheating ». Je me dis qu’il y a un sens caché dans la phrase que je ne comprends pas, mais je retiens essentiellement le début de la phrase et m’empresse de boire un bon litre de l’eau de ce puit… Excellente idée. Un peu plus tard, je croise un autre puit avec cette fois un écriteau en bon état. Pris d’un doute, je demande à nouveau à Google de m’aider, et cette fois la réponse est sans appel : « Water not to drink, even after overheating ». Très malin, mais vu que tout semble aller pour le mieux, je m’empresse d’oublier ce que j’ai bu et me concentre sur mon chemin tout en évitant les puits qui me paraissent suspects…

Après une bonne nuit de sommeil dans la forêt, sur un tapis de mousse bien moelleux, mon histoire tourmentée avec l’équipement continue : c’est maintenant le compteur kilométrique qui ne fonctionne plus. Excellent ! On va donc naviguer à vue, avec pour seul repère le temps qui passe, indiqué par l’heure sonnée par les clochers des villages traversés. Ce n’est pas forcément un mal, ça me permet aussi de plus profiter du paysage…

Les pécheurs sur le lac
Le village de Vajgar

Ce que j’avais un peu occulté, mais que la route s’efforce continuellement de me rappeler, c’est à quel point la République tchèque n’est pas plate. Pas un seul kilomètre. Toujours à monter ou à descendre. En plus, avec ma manie d’ignorer toute interdiction, je passe sur une route fraichement goudronnée et me retrouve avec des pneus tout collants qui ramassent tout ce qui traîne… Avec le mélodieux grincement de mes pédales, j’ai aussi le droit à la douce musique des cailloux qui raclent mes garde-boues… Un régal ! Fatigué par tant de relief, j’appelle de tous mes vœux une portion un peu plus plate. Et comme par magie, la Vlatva (que j’avais déjà remontée pour arriver à Prague, on continue le voyage dans les souvenirs) tombe du ciel. Du plat, enfin ! En revanche, je vous parlais matériel, et bien je me rends compte que j’ai cassé non pas un mais deux rayons de ma roue arrière. Super. Impossible de continuer comme ça. L’atelier où je m’arrête me dit qu’ils ne peuvent pas s’en occuper le soir mais le lendemain à la première heure. Il ne me reste plus qu’à trouver un coin où dormir la nuit dans les environs…

La Vlatva
Souvenirs, souvenirs…

Le lendemain, j’ai à nouveau une roue avec tous ses rayons et je m’élance vers l’Allemagne. La route conseillée par le GPS fait moult tours et détours, du coup je décide de couper court et de prendre l’autoroute (pas la vraie, rassurez-vous, plutôt une route nationale) pour avancer plus vite. Ça me rappellera l’Italie ! Au départ tout roule, puis arrive une zone de travaux. Je me dis « Chouette, c’est le bon moment pour emprunter cette route, les gens vont rouler moins vite ». Alors certes, les gens roulent moins vite, mais il n’y a quasiment pas de place pour doubler et un moins vite en voiture reste toujours un trop vite pour un vélo quand le véhicule passe à 40 centimètres de vous… Heureusement ça ne dure pas et je finis par atteindre Chomutov, dernière grande ville avant la frontière… Ravitaillement en eau et c’est reparti ! Une piste cyclable dans la forêt qui monte tranquillement vers le sommet, je me dis que je vais finir la République tchèque comme je l’avais commencée l’été dernier. Puis je me rappelle qu’il y avait aussi eu des cailloux. Les cailloux arrivent, entrecoupés de bandes de bitume, parfois de seulement quelques mètres de long, histoire de dire » Tu vois, c’est confortable hein ! Et bien reprends une dose de cailloux ! ». Le passage de la frontière est sans histoires : je suis de retour en Allemagne !

Un dernier regard
Agréable cette frontière…

Il ne me reste plus qu’à rejoindre Leipzig. Une petite journée tranquille. Du moins c’est ce que je pense. La nuit est agitée, la sirène des pompiers est déclenchée vers 2h30 du matin, je me demande un court instant si la forêt où je me suis installé est en train de brûler. Mais ça ne dure pas et je me rendors. En me réveillant le lendemain, j’ai l’estomac tout barbouillé. « Water not to drink » rappelez-vous. Impossible de manger quoi que ce soit. Pratique pour faire du vélo. Un peu faible, je me mets tout de même en route. C’est dur, je me dis que je souhaiterais presque être déjà rentré. Une petite sieste en milieu d’étape me donne un peu de forces mais on est loin d’une étape plaisir. En plus je suis censé longer des lacs, du moins c’est ce que me dit le GPS, mais ils sont tous cachés par des usines. Génial ! Leipzig arrive enfin, dernier arrêt avant Hambourg, avec une bonne douche et un bon lit !

Strike Day

Day 390, Vienna, 27.096 km

It’s been more than a year since I left Hamburg, more than a year since I have been giving you, my faithful readers, regular (more or less) news, chronicling in my articles the time and the kilometers that pass. And all this without having exercised at least once a fundamental right of the worker: the right to strike. Well, that’s for today. Any demands? None. Reasons? It is much more pleasant to spend the evening playing with Thaïs and Louis and chatting with Marion and Sinan who welcomed me in Vienna than to hide behind my computer to write an article… So I hope you will forgive me, but it will be quick and concise today…

I left you in Ljubljana, in the middle of a week of « intellectual exchanges ». The exchanges were intense, interspersed with (short) sleep phases (it takes time to write a treatise on proto-economic philosophy), epic hikes, a migration to Dutolvje, in the Karst valley (I have to confess that I cheated: I shamefully took advantage of Louis and Rémy’s car to carry my bags and just transported myself on my bike…), local and not so local food, and a little trip to the sea.

Hiking at the lake of Bohinj
The natural window of Otlica
The sun sets on Piran

After so many exchanges, it is necessary to think about pedaling a little, and also Jay and Bob are not going to return all alone to Hamburg, so we set off again! First step: Bled, where I plan to meet Hélène and Rémi. The easiest road makes me go back through Ljubljana, the shortest one goes straight through the mountains… As usual, I choose the non-easy road, thinking that it will probably be one of the last massifs that I will have to cross before Hamburg… I might as well take advantage of it! As when I crossed the Slovenian border, my adage « the higher the better » is unfortunately not true… But the beautiful descents, especially the last 25 kilometers before arriving in Bled, compensate largely. The passage to the spa with my hosts and the small restaurant lost in the countryside offer me a climax (for good this time!) to end the day.

Sorica valley
Bled

Then, direction Austria. A new border to cross. I choose a road which seems to me favorable to my passage and I start climbing the pass of Loibl (or Ljubelj, according to the side of the border which you choose). This road turns out to be forbidden to bicycles (which I quickly ignore) and leads to a tunnel that should take me to Austria. After a last look at the Slovenian mountains, I enter the tunnel. As I cross the border in the middle of the tunnel, I tell myself that I’ve crossed another border without any problems. When I get back to daylight, I have the joy of finding myself face to face with a customs officer who asks me for a COVID test… For a change. Fortunately, I had time to contact a faker in Bled and present a test certificate, made the day before (!) in Montpellier (!!). « Very well, thank you, you can go ». At the end, it was not so complicated…

Goodbye Slovenia …
… and see you soon

After a short passage through Klagenfurt, I follow a bike path to reach Styria. What a pleasure to not have to worry about passing cars, honking trucks or smoking motorcycles… And there are even fountains from time to time to fill up the water bottles! After a good night’s rest, I go back to the Mur valley. The most assiduous among you will remember that I have already followed the Mur, twice even, between Leoben and Bruck an der Mur, but no matter how hard I try, nothing comes back. No memory, except the city stadium, where I remember having taken a break and the city center where I remember having taken a picture… After one year, memories are already blurred…

Friesach
Bike path along the Mur

After the Mur, I ride along the Mürz, still on a bike path. A short ride up to the Semmering ski station, an agitated night (between night visitors wondering what a tent is doing next to the city stadium, the storm that breaks out in the middle of the night and the walkers that wake me up in the morning) and then a bike path back to Vienna. I still can’t believe that I don’t have the constant company of cars anymore. It’s like starting a new journey… I finally arrive in Vienna, where the memories come back a little more numerous than along the Mur. I am reassured about the state of my memory! On the other hand, a bit tired, I forget to unclip a pedal while stopping at a traffic light and sprawl miserably in the middle of the road. The cyclist in front of me turns around and smiles: apparently I look funny and okay… Or maybe he sees so many cyclists falling down that he knows they never get hurt… It’s good to ride a bike in Vienna!

These bike lanes…
… what a treat!

Jour de grève

Jour 390, Vienne, 27.096 km

Voilà plus d’un an que je suis parti de Hambourg, plus d’un an que je vous donne, vous fidèles lecteurs, régulièrement (plus ou moins) de mes nouvelles, chroniquant dans mes articles le temps et les kilomètres qui passent. Et tout ça sans avoir exercé une seule fois un droit fondamental du travailleur : le droit de grève. Eh bien voilà, c’est pour aujourd’hui. Des revendications ? Aucunes. Des raisons ? Il est bien plus agréable de passer la soirée à jouer avec Thaïs et Louis et à discuter avec Marion et Sinan qui m’ont accueilli à Vienne que de me cacher derrière mon ordinateur pour écrire un article… Alors j’espère que vous me pardonnerez, mais ce sera rapide et concis aujourd’hui…

Je vous avais laissé à Ljubljana, en pleine semaine d’ « échanges intellectuels ». Les échanges furent intenses, émaillés de (courtes) phases de sommeil (ça prend du temps de rédiger un traité de philosophie proto-économique), de randonnées épiques, d’une migration vers Dutolvje, dans la vallée de Karst (je dois avouer que j’ai triché : j’ai honteusement profité de la voiture de Louis et Rémy pour transporter mes sacoches et me suis contenté de me transporter moi-même à vélo…), de mets locaux ou moins locaux et d’un petit tour à la mer.

Randonnée au lac de Bohinj
La fenêtre naturelle d’Otlica
Le soleil se couche sur Piran

Après tant d’échanges, il faut tout de même penser un peu à pédaler, et puis Jay et Bob ne vont pas rentrer tous seuls à Hambourg, donc on se remet en route ! Première étape : Bled, où je dois retrouver Hélène et Rémi. La route la plus facile me fait repasser par Ljubljana, la plus courte trace tout droit à travers les montagnes… Comme d’habitude, je choisis la route non-facile, en me disant que ce sera probablement un des derniers massifs que je serais amené à traverser avant de rentrer… Autant en profiter ! Comme lors de mon passage de la frontière slovène, mon adage « Plus c’est haut, plus c’est beau » ne se vérifie malheureusement pas… Mais les belles descentes, notamment les 25 derniers kilomètres avant d’arriver à Bled, compensent largement. Le passage au spa avec mes hôtes et le petit restaurant perdu au fin fond de la campagne m’offrent une fin de journée en apothéose (pour de bon cette fois !).

La vallée de Sorica
Bled

Ensuite, direction l’Autriche. Une nouvelle frontière à traverser. Je choisis une route qui me semble propice à mon passage et me lance à l’assaut du col de Loibl (ou Ljubelj, selon le côté de la frontière que vous choisissez). Cette route s’avère être interdite aux vélos (interdiction que je m’empresse d’ignorer) et débouche sur un tunnel qui doit me mener en Autriche. Après un dernier regard lancé aux montagnes slovènes, je m’engouffre dans ce dernier. En passant la frontière au milieu du tunnel, je me dis que j’ai encore passé une frontière sans encombres. En retrouvant la lumière du jour, j’ai la joie de me trouver nez-à-nez avec un douanier qui me demande un test COVID… Pour changer. Heureusement, j’ai eu le temps de contacter un faussaire à Bled et présente un certificat de test, effectué la veille (!) à Montpellier (!!). « Très bien, merci, vous pouvez y aller ». Finalement ce n’était pas si compliqué…

Au revoir Slovénie …
… et à bientôt

Après un passage éclair par Klagenfurt, je suis une piste cyclable pour rejoindre la Styrie. Quel régal de ne pas avoir à se préoccuper des voitures qui vous frôlent, des camions qui klaxonnent ou des motos qui vous enfument… Et il y a même des fontaines de temps en temps pour remplir les gourdes ! Après une bonne nuit de repos, je rejoins la vallée de la Mur. Les plus assidus d’entre vous se souviendront que j’ai déjà suivi la Mur, deux fois même, entre Leoben et Bruck an der Mur, mais j’ai beau mobiliser toute la puissance de mes neurones, rien ne vient. Aucun souvenir, si ce n’est le stade où je me rappelle avoir fait une pause et le centre-ville où je me rappelle avoir fait une photo… Comme quoi après un an les souvenirs sont déjà flous…

Friesach
Voie cyclable le long de la Mur

Après la Mur, je longe la Mürz, toujours sur une voie cyclable. Petit passage en altitude à la station de Semmering, nuit agitée (entre les visiteurs nocturnes qui se demandent ce qu’une tente fait à côté du stade municipal, l’orage qui éclate au milieu de la nuit et les promeneurs qui me réveillent le matin) puis piste cyclable à nouveau vers Vienne. Je n’en reviens toujours pas de ne plus avoir constamment la compagnie des voitures. C’est comme si je commençais un nouveau voyage… Je finis par arriver à Vienne, où les souvenirs reviennent un peu plus nombreux que le long de la Mur. Je suis rassuré sur l’état de ma mémoire ! En revanche, un peu fatigué, j’oublie de déclipser une pédale en m’arrêtant à un feu et m’étale lamentablement au milieu de la route. Le cycliste devant moi se retourne et sourit : apparemment j’ai l’air drôle et d’aller bien… Ou alors il voit tellement de cyclistes tomber qu’il sait qu’ils ne se font jamais mal… Il est bon de faire du vélo à Vienne !!

Ces voies cyclables…
… quel régal !

Climax

Day 383, Ljubljana, 26.445 km

Leaving Zadar, I know that I have only two days left to spend in Croatia before reaching Slovenia and Ljubljana. I decide to treat myself a nice climax and I concoct an appetizing program:  a crossing of the Dinaric Alps (the mountain range that borders the Adriatic coast and at the sight of which I was ecstatic during whole hours), then a small passage by Bosnia, a detour through the Plitvice Lakes National Park (a series of sixteen lakes that cascade into each other) before heading back to Slovenia through the Zumberak-Saborsko Gorje Park (where I imagine myself following the gorges of some turquoise stream), passing the Sveta Gera pass and finally reaching Ljubljana. Beautiful landscapes and nice roads ahead!

The departure from Zadar keeps all its promises: I am quickly out of the city, with the mountains rising again in front of me, with the sea at their feet and a radiant sun to crown it all. I am moreover on small roads which avoid the majority of the flow of the tourists, the day starts well!

Again and again the Dinarides
Crossing towards the continent on Maslenicki Most

Once the sea arm crossed at the level of Maslenica, I begin to climb the Dinarides: the road rises slowly on the sides of the mountain chain, almost straight, deviating slightly to go around rocky peaks which dominate the valley. The temperature rises too, my water reserves are quickly gone and the sight of the Krupa river below only accentuates my thirst. Especially since fountains are rare on this part of the road… Cars and motorcycles have multiplied in the meantime, and even if the occasional shout or sign of encouragement cheers me up, it has trouble compensating close overtaking or the pungent smell of exhaust fumes…

On to the Alps
The Krupa Valley

Once over the pass, a superb descent (I will never get tired of it either) and I leave the main road to take the direction of Bosnia. I find myself in an almost deserted valley, with a village of half a dozen houses in its center and apart from that fields, trees, a few cows and beautiful views on the green of the surrounding mountains. I even stop to listen to the silence, which for the first time in what seems to me to be an eternity, is only disturbed by the rustling of leaves in the wind or the buzzing of the occasional fly… A good idea to have headed for Bosnia!

I continue on the small road, pass the village of Donji Lapac and start a new ascent which should lead me to the border. Everything goes as planned, I even find a cemetery to fill my water bottles, and I present myself confidently at the customs. A quick look at my ID card and a nod, I’m through. Too easy these borders, I take a small picture in the first descent and start to admire the Bosnian landscape which offers itself to me. What I forgot is that a border is composed of two customs posts: one for the exit of a country, and one for the entry of the next one. So I find myself in front of three Bosnian customs officers. « Passport please, and Corona test ». The good old COVID test. I tell my story, try to negotiate: « Only transit, Croatia tonight ». It doesn’t seem to convince. I try the little joke: « And if it’s asked nicely? With a smile?” My interlocutor ticks, says something that makes his colleague laugh, gets closer to me, asks me how much my bike costs. I’m not a big fan of the direction the conversation seems to be headed. Does « nicely » have a financial component in Bosnia? He asks me if I have my passport on me, in addition to my ID card. Caught in a fit of paranoia, I imagine that he wants to take it from me, never give it back to me, lock me up in a jail and leave me there to rot until the French ambassador in Sarajevo comes to plead my case… So no, I don’t have my passport on me, and if I can’t get through, tell me I’m leaving. The customs officer looks sorry :  » I am sorry Lounette, but you will have to go back « . Okay, it’s fine with me if you give me my ID card back. Thank you. I turn back a little sheepishly, Bosnia will be for another time…

I thought I was already in Bosnia…

While going back down to Donji Lapac, I find out about the result of my failure against the Bosnians: 80 additional kilometers and a 1.200 meters pass to climb (instead of a small, 800 meters one if I had passed…). I tell myself that I should have insisted, cried, rolled on the ground, threatened them with a hunger strike, in short, I should have been much more convincing. Or maybe I should have done a test. But it would have been much too easy… And as the night starts to fall, I quickly give up the idea to reach the top of the pass before it gets dark and pitch my tent in the first field a little bit away from the houses that I find…

The next day starts with the ascent of the pass That-I-can’t-name. In the forest, a bit cool and without too much traffic, it’s quite pleasant. A little bit after the summit, a sign seems to indicate something on the right side of the road. I guess it must be a viewpoint or something like that, which I decide to go and see so that this climb doesn’t remain anonymous forever. After two kilometers in the forest, I come across a wooden frame. Superb! For the unforgettable view we’ll pass… But well, I still have waterfalls and gorges on the program, it will come!

I go back down in the valley and head towards the park of Plitvice. And I discover the joys of the D1 road on the first Saturday of August: two uninterrupted lines of cars and trucks, all of them having better things to do than worrying about a little bike on the side of the road. I stop for a while to eat a little bit and I discuss with a Croatian couple who goes down to the sea, advises me to find another road to avoid the traffic and even offers me some tomatoes and a bell pepper from their garden to pimp my lunch. Nice!

I eventually reach a small path that should lead me to the park. There is a sign “Forbidden road” but I tell myself again that this is only for cars. I go for a little ride in the forest, excellent contrast with the rush of the D1. At the south entrance of the park, a new sign « Forbidden road », with this time a sign for bikes too. What do I do? Go back to the D1 or continue illegally? My Bosnian failure still remains fresh in my memory, I try to pass anyway… 500 meters further, a barrier. Too bad, I continue. The road is almost new, almost empty too, I do not really understand the prohibition for bikes. I arrive at a kind of cafeteria, make some photos, and realize that the road which I am on is used only by buses… Strange. I continue anyway, distinguish from time to time the reflection of the water between the leaves, note that most of the people I see are on foot… Interesting. Arrived at the main entrance, I decide to find out the secret of the park and after a quick search on the internet, everything becomes clear: cycling is « strictly forbidden » in the whole park, which is mainly to be visited on foot and by bus… I don’t dare to leave my bike and go for a little hike, a new failed act, I hope that the gorges will be up to the task… I discreetly slip away towards the exit, sheepishly again. A small point of view from the roadside, that’s all I could see of the park…

Trees and lakes
It will be worth to come back…

O joy, I find the D1 that I have to follow until Karlovac. 75 kilometers in the traffic. Great. I grit my teeth, put my head in the handlebars and move on. Nothing exciting to add, I pass Karlovac and join the Kupa river, which will lead me to the entrance of the park. New disappointment, the river is not an azure torrent which tumultuously descends from steep gorges but a peaceful river which crosses fields, forests and small villages… Great… For the gorges, I’ll have to go and see elsewhere…

I cross the river one last time and I start the ascent of the last pass of Croatia, the ascent to Sveta Gera. The slopes are severe, and I quickly decide to stop for the night and to do most of the climb the next day. Even after a good night’s sleep and a huge breakfast, the slopes are still severe. And on top of that, about 8 kilometers from the top, the asphalt turns to gravel. I hope it won’t last. I quickly tell myself that hope is beautiful. Then that hope is life. Then that all that’s left in the end is hope. Then I stop hoping and I try to pedal. Sometimes I push, often I struggle, but I move forward and end up at the top. New disappointment, I can only see fir trees, and a storm is rumbling. At least I pass the border without being asked for a test…

All that effort for that…

Once in Slovenia, it’s the deluge. With the gusts of wind, I have difficulty to ride in a straight line, the wet road reminds me of bad memories, and the cars that overtake me at full speed create waves that a surfer would not deny. As if I wasn’t soaked enough… It calms down a bit, I follow the Krka river a little, cross the pretty town of Zuzemberk and its castle which dominates the river, then I find myself again under a beautiful rain shower. But I laugh about it, I will be in Ljubljana tonight, in a bed, dry. Let it rain! Nothing to add about the end of the stage, I find without difficulty the house where my companions Louis and Rémy will come to meet me for a small week of intellectual exchanges… An hermetic border, an anti-cyclist park, non-gorges and a pass without any view, what a climax!!

The castle of Zuzemberk
Ljubljana

I’m almost finished with Southern Europe, from next week I’ll go to Austria, Czech Republic and Germany.

Apothéose

Jour 383, Ljubljana, 26.445 km

En partant de Zadar, je sais qu’il ne me reste que deux jours à passer en Croatie avant de rejoindre la Slovénie et Ljubljana. Je décide de m’offrir un final en apothéose et je me concocte un programme appétissant :  une traversée des Alpes dinariques (la chaîne de montagnes qui borde la côte adriatique et à la vue de laquelle je me suis extasié pendant des heures entières), puis un petit passage par la Bosnie, un crochet par le parc national des lacs de Plitvice (une série de seize lacs qui cascadent les uns dans les autres) avant de remonter vers la Slovénie par le parc Zumberak-Saborsko Gorje (où je m’imagine suivre les gorges de quelque torrent aux eaux turquoises), de passer le col de Sveta Gera et de finalement rallier Ljubljana. Paysages magnifiques et routes sympathiques en perspective !!

Le départ de Zadar tient toutes ses promesses : je suis rapidement en dehors de la ville, avec les montagnes qui se dressent à nouveau face à moi, avec la mer à leurs pieds et un soleil radieux pour couronner le tout. Je suis en plus sur de petites routes qui évitent la majorité du flot des touristes, la journée commence bien !

Encore et toujours les Dinarides
On rejoint le continent sur le Maslenicki Most

Une fois le bras de mer traversé au niveau de Maslenica, je commence à gravir les Dinarides : la route s’élève lentement sur les flancs du massif, quasiment rectiligne, déviant légèrement au gré des pitons rocheux qui dominent la vallée. La température s’élève aussi, mes réserves d’eau sont rapidement à sec et la vue de la rivière Krupa en contrebas ne fait qu’accentuer ma soif. D’autant que les fontaines se font rares sur cette partie du chemin… Voitures et motos se sont dans l’intervalle multipliés, et même si l’occasionnel cri ou signe d’encouragement me donne du baume au cœur, il a du mal à compenser les dépassements d’un peu trop près ou l’odeur âcre des gaz d’échappement…

A l’assaut des Alpes
La vallée de la Krupa

Une fois passé le col, une descente superbe (ça non plus, je ne m’en lasserai jamais) et je quitte la grande route pour prendre la direction de la Bosnie. Je me retrouve dans une vallée quasiment déserte, avec un village d’une demi-douzaine de maisons en son centre et à part ça des champs, des arbres, quelques vaches et de belles vues sur le vert des montagnes aux alentours. Je m’arrête même pour écouter le silence, qui pour la première fois depuis ce qui me semble être une éternité, n’est troublé que par le bruissement des feuilles dans le vent ou le bourdonnement de la mouche qui se rapproche occasionnellement… Une bien bonne idée de m’être dirigé vers la Bosnie !

Je continue mon petit bonhomme de chemin, passe le village de Donji Lapac et me lance dans une nouvelle ascension qui doit me mener à la frontière. Tout se passe comme prévu, je trouve même un cimetière pour remplir mes gourdes, et me présente confiant à la douane. Un coup d’œil rapide à ma carte d’identité et un signe de tête, je suis passé. Trop facile ces frontières, je prends une petite photo dans la première descente et commence à admirer le paysage bosnien qui s’offre à moi. Ce que j’ai oublié, c’est qu’une frontière se compose de deux postes de douane : un pour la sortie d’un pays, et un pour l’entrée du suivant. Je me retrouve donc devant trois douaniers bosniaques. « Passport please, and Corona test ». Ce bon vieux test COVID. Je raconte ma petite histoire, essaie de négocier : « Only transit, Croatia tonight ». Ça n’a pas l’air de convaincre. Je tente la petite blague : « And if it’s asked nicely ? With a smile ? » Mon interlocuteur tique, dit un truc qui fait rire son collègue, se rapproche de moi, me demande combien coûte mon vélo. Je ne suis pas super fan de la direction que semble prendre la conversation. Est-ce que « nicely » a une composante financière en Bosnie? Il me demande si j’ai mon passeport sur moi, en plus de ma carte d’identité. Pris d’un élan de paranoïa, je m’imagine qu’il veut me le prendre, ne jamais me le rendre, me séquestrer dans une geôle et m’y laisser pourrir jusqu’à ce que l’ambassadeur de France à Sarajevo en personne vienne plaider ma cause… Donc non, je n’ai pas mon passeport sur moi, et si je ne peux pas passer dites le moi je m’en vais. Le douanier prend un air désolé : « I am sorry Lounette, but you will have to go back ». Ok, ça me va si tu me rends ma carte d’identité. Merci. Je fais demi-tour un peu penaud, la Bosnie ça sera pour une prochaine fois…

Moi qui croyait déjà être en Bosnie…

En redescendant vers Donji Lapac, je prends connaissance du bilan de mon échec face aux bosniaques : 80km supplémentaires et un col à 1.200 mètres à passer (à la place d’un petit 800 mètres si j’étais passé…). Je me dis que j’aurais dû insister, pleurer, me rouler par terre, les menacer d’une grève de la faim, bref, me montrer bien plus convaincant. Ou alors faire un test. Mais ça aurait été bien trop facile… Et comme la nuit commence à tomber, j’abandonne assez rapidement l’idée de passer le col avant qu’il ne fasse noir et plante ma tente dans le premier champ un peu à l’écart des habitations que je trouve…

Le lendemain commence donc par la montée du col Dont-je-ne-trouve-pas-le-nom. Dans la forêt, un peu au frais et sans trop de trafic, c’est assez agréable. Un peu après le sommet, un panneau semble indiquer quelque chose sur la droite de la route. J’imagine que ça doit être un point de vue ou quelque chose dans ce genre, que je décide d’aller voir pour ne pas que cette montée reste à jamais dans l’anonymat. Après deux kilomètres dans la forêt, je tombe sur une charpente en bois. Superbe ! Pour la vue à immortaliser on repassera… Mais bon, j’ai encore des cascades et des gorges au programme, ça va venir !

Je redescends dans la vallée et me dirige vers le parc de Plitvice. Et je découvre les joies de la route départementale D1 le premier samedi du mois d’Août : deux files ininterrompues de voitures et de camions, qui ont tous mieux à faire que de se préoccuper d’un petit vélo sur le bas-côté. Je m’arrête un petit moment pour manger un petit peu et je discute avec un couple de croates qui descend vers la mer, me conseille de trouver une autre route pour éviter le trafic et m’offre même quelques tomates et un poivron de leur jardin pour agrémenter mon déjeuner. Sympas !

Je finis par arriver à un petit chemin qui doit me mener au parc. Il y a un panneau « Voie interdite », mais je me dis une nouvelle fois que ceci n’est valable que pour les voitures. Je m’engage dans une petite promenade dans la forêt, excellent contraste avec la cohue de la D1. Arrivé à l’entrée sud du parc, un nouveau panneau « Voie interdite », avec cette fois une interdiction pour les vélos aussi. Que faire. Retourner sur la D1 ou continuer dans l’illégalité ? Mon échec bosniaque m’est un peu resté en travers de la gorge, je tente de passer quand même… 500 mètres plus loin, une barrière. Tant pis, on continue. La route est quasiment neuve, quasiment vide aussi, je ne comprends pas vraiment l’interdiction pour les vélos. J’arrive à une sorte de cafétéria, fais quelques photos, et me rend compte que la route que j’emprunte n’est parcourue que par des bus… Bizarre. Je continue quand même, distingue de temps à autre le reflet de l’eau entre les feuilles, note que la plupart des gens que je vois sont à pied… Intéressant. Arrivé à l’entrée principale, je décide de percer à jour le secret du parc et après une rapide recherche sur internet, tout s’éclaire : le vélo est « strictement interdit » dans l’ensemble du parc, parcouru essentiellement à pied et en bus… Je n’ose pas laisser mon vélo et aller faire une petite rando, nouvel acte manqué, j’espère que les gorges seront à la hauteur… Je m’esquive discrètement vers la sortie, penaud à nouveau. Un petit point de vue depuis le bord de la route, c’est tout ce que j’aurais pu voir du parc…

Des arbres et des lacs
Ça vaudra le coup de revenir…

O joie, je retrouve la D1 que je dois suivre jusqu’à Karlovac. 75 kilomètres dans le trafic. Génial. Je serre les dents, mets la tête dans le guidon et avance. Rien de bien passionnant à ajouter, je passe Karlovac et rejoins la rivière Kupa, qui va me mener à l’entrée du parc. Nouvelle déception, la rivière n’est pas un torrent azur qui dévale tumultueusement des gorges à pic mais une paisible rivière qui traverse des champs, des forêts et des petits villages… Super… Pour les gorges, faudra aller voir ailleurs…

Je traverse une dernière fois la rivière et je commence donc l’ascension du dernier col de Croatie, la montée vers Sveta Gera. Les pentes sont sévères, et je décide rapidement de m’arrêter pour la nuit et de faire le gros de l’ascension le lendemain. Même après une bonne nuit de sommeil et un énorme petit-déjeuner, les pentes sont toujours sévères. Et en plus, à environ 8 kilomètres du sommet, le bitume se transforme en graviers. J’espère que ça ne va pas durer. Je me dis rapidement que c’est beau l’espoir. Puis que l’espoir fait vivre. Puis que tout ce qui reste à la fin, c’est l’espoir. Puis j’arrête d’espérer et je tente de pédaler. Parfois je pousse, souvent je galère, mais j’avance tout de même et finis par attendre le sommet. Nouvelle déception, on ne voit que des sapins, et l’orage gronde. Au moins je passe la frontière sans qu’on me demande un test…

Tout ça pour ça…

Une fois en Slovénie, c’est le déluge. Avec les rafales de vent j’ai du mal à rouler en ligne droite, la route détrempée me rappelle de mauvais souvenirs, et les voitures qui me doublent à toute vitesse créent des vagues que ne renierait pas un surfeur. Comme si je n’étais pas assez trempé… Ça se calme légèrement, je suis un peu la rivière Krka, traverse la jolie ville de Zuzemberk et son château qui domine la rivière, puis me retrouve à nouveau sous une belle averse. Mais j’en ris, je serai à Ljubljana ce soir, dans un lit, au sec. Qu’il pleuve donc ! Rien à ajouter sur la fin de la route, je trouve sans difficulté la maison où mes compères Louis et Rémy vont venir me retrouver pour une petite semaine d’échanges intellectuels… Une frontière hermétique, un parc anti-cycliste, des non-gorges et un col sans vue, quelle apothéose !!

Le château de Zuzemberk
Ljubljana

C’en est quasiment terminé de l’Europe du sud, à partir de la semaine prochaine on repart vers l’Autriche, la République tchèque et l’Allemagne.

Return point

Day 377, Zadar, 25.967 km

Last night, I am near Šibenik. I have been away for 376 days, I have ridden 25.890 km. I am at a crossroads. On the left, the road goes south in the direction of Split, Dubrovnik, Montenegro, Albania, Greece… On the right, it goes up north and towards Zadar, towards Ljubljana, towards Vienna, towards Hamburg… It’s time to make a choice: left or right. Continue or return. This is the return point. I go to the right, and from now on, every pedal stroke, every turn of the wheel, every kilometer I ride will bring me closer to Hamburg. To the end. Did I hesitate to continue? Maybe, although at the time I was very busy trying to take a picture without getting knocked down, the road not being wide enough for me to stop… And then I tell myself that it is necessary to go back to leave again…

The return point (well, just after…)

From Rijeka, I decide to make a small tour in the islands before reaching Zadar. First Rab, which I can reach by ferry from Vlabiska, about 50 km from Rijeka. Then Pag, also served by a ferry from Rab, that I would have time to visit between my two boat trips. I’m a little bit late in the morning, the café where I stop to have a breakfast has only the leftovers of the day before to offer me (Hmm, an old croissant…) and I start a time trial to arrive before the departure of the ferry: it’s 8:30 am, the GPS announces a travel time of about 4 hours, and the ferry leaves at 11:45 am. Not that much margin… Fortunately, there are not too many people on the road, the weather is good, no wind, and I ride well. I even have the leisure to admire Bakar, that the road overhangs, and the sea, that I ride by during a small moment before taking a bridge to join the island of Krk (I recommend you to train in the pronunciation of this name, it is very practical to transmit bacteria and other viruses…). The road is a bit hilly, a bit busier too, but I arrive in Vlabiska with enough time to have a little lunch break before the ferry departure…

Then follows an uneventful crossing, I even take the opportunity to have a little digestive nap and to admire the islands we pass. Then I disembark on the island of Rab, in Lopar. The next ferry leaves Rab in four hours, I will have time to make a small tour of the island. At the beginning, I decide to follow all the small roads that seem to lead to a cove, a beach or a cliff. The first one turns quickly into a rocky road and stops next to a garbage dump… Good but not great. I then take the main road, which runs along the magnificent transparent blue sea, and fork again on a small side road. It’s a little narrow, but at least I’m at the water’s edge. And then I have a nice view on the island of Maman but when I want to join the road I am again on a gravel road, impossible to pedal, I have to push. A bit burnt, I decide to stay on the road, to go as far as possible to the south before turning back to take the ferry. Maybe I should have done that from the beginning…

These colors…
Not very wide this path…
Maman’s island
My next trip will be done with a paddle!

When I arrive in Rab, I see the captain of the ferry that will take me to Pag, at the port of Tovrnele, and ask him if he will have enough room to take Jay, Bob and myself (the ferry doesn’t look very big). He begins to answer me something that I don’t understand, is caught up by a group which passes by and goes to have a drink with them in a café at the corner… I imagine that it means yes… Indeed, once the bags are dropped on the roof of the boat and Jay is hung to the prow, we put the sails (or rather the gas) towards Pag! After about twenty minutes that I spend once again dozing, we arrive at Tovrnele. No more boat for today!

The port of Rab…
… and the one of Tovrnele

As soon as I get off the boat, I am in the land of olive trees (at least that’s what the signs at the side of the road claim), and with the sun beating down a little less strongly, few cars, I spend rather a good moment. I stop in a farm to buy a piece of cheese to improve my evening meal and learn in passing to pronounce correctly « Hvala (thank you) » in Croatian. Then the road rises a little and I can see the mountains of the mainland on the other side of the see. It’s beautiful and I can’t get enough of it, to the point of getting a slight stiff neck. The day is coming to an end and I spotted a small beach that would make a perfect bivouac. The descent to this one is a bit perilous, my front panniers get unhooked because of the shaking, but I finally reach the bottom. Except for a family of Italians who are packing up, nobody. And this incredible view on the mountains that I will be able to contemplate until I fall asleep. A dream. And I even have the pleasure to share the evening with an Austro-Croatian family who came to roast corn on the fire… Even if I didn’t start it, I finally had at least one campfire during this trip!

Welcome to the land of the olive trees
I can’t get enough of the view of the continent
Not bad for a bivouac…

The next day, I continue my way towards Pag (the city) on the roads of Pag (the island). Magnificent landscapes, still and always this view on the continent which leaves me blissful every time the road rises enough for me to distinguish the sea and the mountains. I have the opportunity to leave the main road to follow a dirt road that seems to be closer to the sea (and potentially less frequented), but a sign at the entrance of this one indicates that the passage is prohibited. I tell myself that it must be only for cars. 500 meters further, there is another sign… The excuse « it’s only for cars » is still valid… Finally, I understand why the sign is there, and it’s unfortunately also valid for bikes: a landslide has taken the road, it’s difficult to pass. Moreover I almost fall in a crevasse while trying to find a passage, I guess I better turn back… I see a path which goes a little higher, perhaps it would allow me to circumvent the obstacle?  I quickly find myself in the middle of a field, scaring away the sheep, and painfully trying not to lose my balance while pushing the bike… But at the same time, if I keep the sea on my left, I’ll end up falling back on the road at some point… What finally happens (not soon enough for my taste but we don’t always have the choice…) after what seems to me to be hours of hard work (but which probably lasted about twenty minutes…). I can go back to admiring the sea and the mountains in peace…

It will be complicated…
We will eventually find the road again!

After Pag (the city), I ride along the sea for a while before leaving Pag (the island) by crossing the Paški most. The road turns to the right towards Zadar, but I decide to continue a little bit to the south, to go for a ride towards the lake of Novigrad before heading back to the coast and to go back to Zadar the next day. Good choice! The lake is beautiful, with always these mountains in the background, and the view on the city itself is breathtaking! All this on a road that seems to have been abandoned by most tourists…

View from the Paški most bridge
The lake of Novigrad
Novigrad

There follows a climb that I find much too long and much too sunny. The water which is fresh when I fill my water bottles at the cemetery is hot 20 minutes later. And the cars have decided to invade the road again, and to play at who will pass me the closest. When the trucks also start to do it, it’s far from pleasant… Fortunately, it ends up going down, and I’m going too fast for the cars to catch me. I stumble upon the Krka park, hesitate to go further to see the waterfalls but finally opt for a small place a bit further downstream that I had found to spend the night. I even have my own private beach to go for a dip in the water to refresh myself…

Skradin, on the Krka river
Alone at the edge of the river…

To finish, I go back to the north and Zadar, along the sea. Not the best stretch of road, except for one or two paths along the sea, I am rather in the middle of industrial areas… But I arrive early enough in Zadar to have something to eat, to have a look at the city center and to see that it is possible to swim from every square centimeter of access to the sea, and that people do not deprive themselves of it… It’s a change from my empty places of the last days… And in the middle of all these bathers, the famous sea organ, whose sound created by the waves would be very relaxing if people didn’t scream around so much…

Point de retour

Jour 377, Zadar, 25.967 km

Hier soir, aux environs de Šibenik. Je suis parti depuis 376 jours, j’ai parcouru 25.890 km. Je m’engage sur un rond-point. A gauche, la route part au sud dans la direction de Split, Dubrovnik, le Monténégro, l’Albanie, la Grèce… A droite, elle remonte vers le nord et vers Zadar, vers Ljubljana, vers Vienne, vers Hambourg… C’est le moment de faire un choix : gauche ou droite. Continuer ou rentrer. C’est le point de retour. Je prends à droite, et à partir de maintenant, chaque coup de pédale, chaque tour de roue, chaque kilomètre parcouru va me rapprocher de Hambourg. De la fin. Est-ce que j’ai hésité à continuer ? Peut-être, quoique sur le moment j’étais très occupé à essayer de prendre une photo sans me faire renverser, la route n’étant pas assez large pour que je m’arrête… Et puis je me dis qu’il faut bien rentrer pour mieux repartir…

Le point de retour (enfin, juste après…)

Depuis Rijeka, je décide de faire un petit tour dans les îles avant d’atteindre Zadar. D’abord Rab, que je peux atteindre en ferry depuis Vlabiska, à une cinquantaine de kilomètres de Rijeka. Puis Pag, desservie elle aussi par un ferry depuis Rab, que j’aurais donc le temps de visiter entre mes deux trajets en bateau. Je suis un peu à la bourre le matin, le café où je m’arrête prendre un petit déjeuner n’a que les restes de la veille à me proposer (Hmm, un croissant tout sec…) et je me lance dans un véritable contre la montre pour arriver avant le départ du ferry : il est 8h30, le GPS m’annonce un temps de trajet de 4h02, et le ferry part à 11h45. On n’est pas larges… Heureusement, il n’y a pas trop de monde sur la route, il fait beau, pas de vent, et j’avance bien. J’ai même le loisir d’admirer Bakar, que la route surplombe, et la mer, que je longe pendant un petit moment avant de prendre un pont pour rejoindre l’île de Krk (je vous recommande de vous entraîner à la prononciation de ce nom, c’est très pratique pour se transmettre bactéries et autres virus…). La route est un peu vallonnée, un peu plus fréquentée aussi, mais j’arrive à Vlabiska avec suffisamment de marge pour faire une petite pause déjeuner avant le départ du ferry…

S’ensuit une traversée sans histoire, j’en profite même pour faire une petite sieste digestive et pour admirer les îles que nous passons. Puis je débarque sur l’île de Rab, à Lopar. Le prochain ferry part de Rab dans quatre heures, je vais avoir le temps de faire un petit tour de l’île. Au départ, je décide de suivre toutes les petites routes qui semblent mener vers une crique, une plage ou une falaise. La première se transforme assez vite en chemin de cailloux et s’arrête à côté d’une déchetterie… Bien mais pas top. Je prends ensuite la route principale, qui longe la mer d’un bleu transparent magnifique, et bifurque à nouveau sur un petit chemin de traverse. Un vélo passe tout juste, mais au moins je suis au bord de l’eau. Et j’ai ensuite une belle vue sur l’île de Maman mais quand je veux rejoindre la route je suis à nouveau sur une route de graviers, impossible de pédaler, il faut pousser. Un peu échaudé, je décide de rester sur la route, d’aller le plus loin possible vers le sud avant de faire demi-tour pour prendre le ferry. J’aurais peut-être dû faire ça dès le départ…

Ces couleurs…
Pas bien large ce chemin…
L’île de Maman
Mon prochain voyage se fera à la rame !!

Quand j’arrive à Rab, j’avise le capitaine du ferry qui doit m’emmener à Pag, au port de Tovrnele, et lui demande s’il aura assez de place pour prendre Jay, Bob et moi-même (le ferry n’a pas l’air bien grand). Il commence à me répondre un truc que je ne comprends pas, se fait alpaguer par un groupe qui passe et file boire un verre avec eux au café du coin… J’imagine que ça veut dire oui… En effet, une fois les sacoches balancées sur le toit du bateau et Jay accroché à la proue, on met les voiles (ou plutôt les gaz) vers Pag ! Après une vingtaine de minutes de trajet que je passe encore une fois à somnoler, on arrive à Tovrnele. Le bateau, c’est fini pour aujourd’hui !

Le port de Rab…
… et celui de Tovrnele

Dès la descente du bateau, je suis au pays des oliviers (du moins c’est ce que prétendent les panneaux au bord de la route), et avec le soleil qui tape un peu moins fort, peu de voitures, je passe plutôt un bon moment. Je m’arrête dans une ferme pour acheter un morceau de fromage pour améliorer mon repas du soir et apprends au passage à prononcer correctement « Hvala (merci) » en croate. Puis la route s’élève un peu et je peux apercevoir les montagnes du continent de l’autre côté du bras de mer qui le sépare de l’île. C’est magnifique et je ne me lasse pas de regarder, au point d’attraper un léger torticolis. Le jour touche à sa fin et j’ai repéré une petite plage qui ferait un bivouac parfait. La descente vers celle-ci est un peu périlleuse, mes sacoches de devant se décrochent à cause des secousses mais je finis par parvenir en bas. À part une famille d’italiens qui est en train de plier bagages, personne. Et cette vue incroyable sur les montagnes que je pourrai contempler jusqu’à plus soif. Le rêve. Et j’ai même le plaisir de partager la soirée avec une famille d’austro-croates venue faire griller des épis de maïs au feu… Même si ce n’est pas moi qui l’ai allumé, j’aurais finalement eu au moins un feu de camp pendant ce voyage !

Bienvenue au pays des oliviers
Je ne lasse pas de la vue du continent
Plutôt pas mal pour un bivouac…

Le lendemain, je continue mon chemin vers Pag (la ville) sur les routes de Pag (l’île). Des paysages magnifiques, encore et toujours cette vue sur le continent qui me laisse béat à chaque fois que la route s’élève suffisamment pour que je distingue la mer et les montagnes. J’ai l’occasion de quitter la route principale pour suivre un chemin de terre qui semble être plus près de la mer (et potentiellement moins fréquenté), mais un panneau à l’entrée de celui-ci indique que le passage est interdit. Je me dis que cela ne doit être valable que pour les voitures. 500 mètres plus loin, à nouveau un panneau interdit… L’excuse « ce n’est valable que pour les voitures » tient toujours… Finalement, je finis par comprendre le pourquoi du panneau, et c’est malheureusement valable aussi pour les vélos : un glissement de terrain a emporté la route, difficile de passer. En plus je manque de tomber dans une crevasse en essayant de trouver un passage, on va faire demi-tour… J’aperçois un chemin qui part un peu en hauteur, peut-être qu’il me permettrait de contourner l’obstacle ?  Je me retrouve rapidement en plein milieu d’un champ, à faire fuir les moutons, et à péniblement essayer de ne pas perdre l’équilibre en poussant le vélo… Mais en même temps, si je garde la mer à ma gauche, je finirais bien par retomber sur la route à un moment ou à un autre… Ce qui finit enfin par arriver (pas assez tôt à mon goût mais on n’a pas toujours le choix…) après ce qu’il me semble être des heures de galère (mais qui a probablement duré en tout et pour tout une vingtaine de minutes…). Je peux me remettre à admirer la mer et les montagnes en toute tranquillité…

Ça va être compliqué…
On finira par retrouver la route !!

Passé Pag (la ville), je longe encore la mer pendant un petit moment avant de quitter Pag (l’île) en traversant le Paški most. La route tourne à droite vers Zadar, mais je décide de continuer un peu vers le sud, d’aller faire un tour vers le lac de Novigrad avant de repiquer vers la côte et de remonter vers Zadar le lendemain. Bon choix ! Le lac est magnifique, avec toujours ces montagnes en fond, et la vue sur la ville elle-même est à couper le souffle ! Le tout sur une route que semblent avoir délaissée la plupart des touristes…

Vue depuis le pont Paški most
Le lac de Novigrad
Novigrad

S’ensuit une montée que je trouve bien trop longue et bien trop ensoleillée. L’eau qui est fraîche quand je remplis mes gourdes au cimetière est chaude 20 minutes plus tard. Et les voitures ont décidé d’envahir la route à nouveau, et de jouer à celle qui me doublera de plus près. Quand les camions s’y mettent aussi c’est loin d’être agréable… Heureusement, ça finit par redescendre, et je vais trop vite pour que les voitures me rattrapent. Je tombe un peu par hasard sur le parc de la Krka, hésite à y entrer plus avant pour aller voir les cascades mais opte finalement pour un petit coin un peu plus en aval que j’ai repéré pour passer la nuit. J’ai même ma plage privée pour aller faire un tour dans l’eau pour me rafraichir…

Skradin, au bord de la Krka
Seul au bord de la rivière…

Pour finir, je remonte donc vers le nord et Zadar, le long de la mer. Pas le meilleur tronçon de route, à part un ou deux chemins qui longent la mer je suis plutôt au milieu des zones industrielles… Mais j’arrive assez tôt à Zadar pour me restaurer, faire un tour du centre-ville et constater qu’il est possible de se baigner depuis chaque cm² d’accès à la mer, et que les gens ne s’en privent d’ailleurs pas… ça me change de mes coins perdus de ces derniers jours… Et au milieu de tous ces baigneurs, le fameux orgue de mer, dont le son créé par les vagues serait très relaxant si les gens ne hurlaient pas autant…