Europe Tour – Episode XXV: A New Departure

Day 135, Nouan Le Fuzelier, 9.189 km

That’s it, it’s official. I’ll go to the dark side. I’ll become a resistant. I’ll turn into a criminal. I’ll defy the prohibition. I’ll break the taboo. I’ll hit the road again. My aunt Flo will be able to sleep easy, I will stop cutting trees. Thibaut will finally have the parents all to himself. Papa will stop seeing his wine cellar empty at high speed and Mom will no longer see my laundry lying around in front of the fireplace… A relief for everyone in the end!

3 weeks break in total, which in the end will have been very busy: bike ride every morning to get the fresh bread for breakfast (2.5 km, it will hurt my daily average). Then the rest of the day in the forest chopping wood (those who like my aunt Flo associate a Lunet with a chainsaw with the idea of ​​massive deforestation can be reassured, only the dead or fallen trees have been cut). Result: 2 winters worth of wood, a few blisters in the hands, aches in the arms and a part of the forest in which we can walk again.

Before
After

During these 3 weeks, they were also long evenings occupied with reading (thank you Rémi and Rémy), playing tarot in front of the fireplace, tons of mushrooms (panned, in an omelet or a soup), kilos of chestnuts (in jam or fire-roasted), the Star Wars integral on Monday evenings and the pizzas on Saturdays. And the daily wine. I could almost get used to it … But all good things having an end, I have to think about getting back on the road. And in these times of lockdown, I first want to test the waters by going to visit my Grandmother in Beaune.

I leave early in the morning, and I immediately notice a big difference between November 1st (the last day spent on the bike) and November 21st: It’s -2 ° when I leave in the morning… I knew very well that the idea of being as far south as possible for the winter was a good idea… I am again crossing the Loire (it will definitely be the river that I would have seen the most during the last 3 months). I meet wild boars, deer, and hunters. Another difference with the beginning of the month: night falls early. Very early. And the nights are cold: I discover the almost insurmountable difficulty of getting out of the (warm) sleeping bag in the (cold) morning…

The Loire, again and again
The sun is setting… It is 5 pm…

I finally arrive in Beaune without having seen a gendarme, but with Jay starting to be a bit tired: I can only use the small tray, I will have to seriously think about an overhaul… I find a repair shop who has all the pieces I need and the appointment is made for the end of the week… That leaves me 3 days to take advantage of my Grandmother (or for her to take advantage of me I don’t really know)!

I then leave Beaune to return to Nouan and prepare myself to continue the journey. With a brand new transmission, I really enjoy it! I also meet the gendarmes on the road. Twice. Both times, they slow down, go near the side of the road. I say hello to them, thank you, and I continue… And I had prepared excuses, each more extravagant than the last… In order not to take the same route as on the way there, I go through Vézelay. The city center is a bit scary: there is a restaurant every 2 meters, everything is closed, no one in the streets… Another city that suffers from the lockdown… So I have a beautiful view of the surrounding countryside on my own.

The view from the gardens of the basilica of Vézelay

After another night in the woods, a cold day pedaling, I cross the Loire to find again my hunters, my deer, my wild boars and finally my parents… Departure planned for the beginning of next week, towards the Atlantic and Bordeaux next weekend !

The sun is rising…
I even try to give an artistic side to my photos

Tour d’Europe – Episode XXV: Un Nouveau Départ

Jour 135, Nouan Le Fuzelier, 9.189 km

Ça y est, c’est officiel. Je vais passer du côté obscur. Je prends le maquis. Je deviens un criminel. Je brave l’interdit. Je brise le tabou. Je reprends la route. Flo va pouvoir dormir tranquille, j’arrête de couper des arbres. Thibaut va enfin avoir les parents pour lui tout seul. Papa va cesser de voir sa cave se vider à vitesse grand V et Maman ne verra plus mon linge traîner devant la cheminée… Un soulagement pour tout le monde en fin de compte !

3 semaines de pause donc, qui finalement auront été bien occupées : tour de vélo tous les matins pour aller chercher le pain frais du petit déjeuner (2,5 km, ça va faire du mal à ma moyenne). Puis journée dans la forêt à couper du bois (que ceux qui comme ma tante Flo associent un Lunet avec une tronçonneuse à l’idée d’une déforestation massive se rassurent, seuls les arbres morts ou tombés par terre ont été coupés). Résultat : 2 hivers de bois, quelques ampoules aux mains et courbatures dans les bras et une partie de forêt dans laquelle on peut à nouveau se promener.

Avant
Après

3 semaines de pause, ce sont aussi de longues soirées occupées à lire (merci Rémi et Rémy), à jouer au tarot devant la cheminée, des tonnes de champignons (en poêlée, en omelette, en soupe), des kilos de châtaignes (en confiture ou grillées au feu), l’intégrale de Star Wars les lundi soirs et les pizzas du samedi. Et le vin quotidien. On s’y habituerait presque… Mais toutes les bonnes choses ayant une fin, il me faut penser à reprendre la route. Et en ces temps de confinement, je veux au préalable tâter le terrain en allant rendre visite à Mère Grand à Beaune.

Je repars donc, et je note tout de suite une grosse différence entre le 1er Novembre (dernier jour passé sur le vélo) et le 21 Novembre : Il fait -2° quand je pars le matin… Je savais bien que l’idée d’être le plus au Sud possible pour l’hiver était une bonne idée… Je traverse encore la Loire (ce sera décidément le fleuve que j’aurais le plus vu pendant les 3 derniers mois). Je croise des sangliers, des chevreuils, des chasseurs aussi. Autre différence avec le début du mois : la nuit tombe tôt. Très tôt. Et les nuits sont froides : je découvre la difficulté quasi insurmontable de sortir du sac de couchage (chaud) dans l’air (froid) du matin…

La Loire, encore et toujours
Le soleil se couche, il est 17h…

J’arrive finalement à Beaune sans avoir croisé un gendarme, mais avec Jay qui tire de plus en plus la langue : je ne peux plus utiliser que le petit plateau, il va falloir penser sérieusement à une révision… Je trouve un réparateur qui a toutes les pièces qu’il me faut et le rendez-vous est pris pour la fin de la semaine… Ça me laisse 3 jours pour profiter de Mère Grand (ou pour que ce soit elle qui profite de moi je ne sais plus trop) !

Je repars donc de Beaune pour rentrer à Nouan et me préparer à poursuivre le voyage. Avec une transmission toute neuve, je me régale ! Je croise aussi les gendarmes sur la route. Deux fois. Les deux fois, ils ralentissent, se serrent sur le bas-côté. Je leur dis bonjour, merci, et je continue… Dire que j’avais préparé des excuses toutes plus extravagantes les unes que les autres… Pour ne pas faire la même route qu’à l’aller, je passe par Vézelay. Le centre-ville fait un peu peur : il y a un resto tous les 2 mètres, tout est fermé, personne dans les rues… Encore une ville qui souffre du confinement… Du coup j’ai la belle vue sur la campagne environnante pour moi tout seul.

Vue depuis les jardins de la basilique de Vézelay

Après une nouvelle nuit dans les bois, une froide journée à pédaler, je passe la Loire pour retrouver mes chasseurs, mes chevreuils, mes sangliers et finalement mes parents… Départ prévu en début de semaine prochaine, direction l’Atlantique et Bordeaux le weekend prochain !

Le soleil se lève
Je tente aussi de donner un côté artistique à mes photos

COVID stopped me…

Day 108, Nouan Le Fuzelier, 8.628 km

Confucius used to say that a picture speaks more than 1000 words … Here is my picture for today:

Cycling during a lockdown…

But since I have to find new occupations for the 8 hours of cycling a day that I will not be doing for the next month, I will start by writing a real article.

Departure from Nouan last Wednesday. Régis joined me with Candide (apparently giving a name to a bike has become the norm, Jay is feeling less and less alone…) and we will go down the Loire to Nantes. The government announcements planned for the same evening do not worry us, for my part I am convinced that there will not be a new lockdown… The start of the stage is very typical of the Sologne region: small pond, small forest, large forest, large pond, pretty houses, small pond, large forest… We are witnessing a real battle of colors, between the green of the pines, the yellow and the brown of the oaks, the rusty red of the ferns, the blue of the sky and the black of the road, it is magnificent.

First stop: Chambord! I also celebrate my 8,000 km on the bike and Bob suggests to add a few turrets to the castle to reach a total of 8,000 turrets, which would be more in line with its status as a thousand marker. I have written to the Elysee to make a request, I will keep you posted on the follow-up.

Régis and Candide
Chambord, 8th thousand marker
The forest in its autumn outfit

We reach the Loire a little after Blois, and with the Loire comes the wind. From the front of course, otherwise it wouldn’t be funny. Fortunately, we are from time to time protected by the trees. We also go through the vineyards, which also offer a hell of a palette of colors: green, red, orange, yellow, a feast for the eyes… We are almost at kilometer 100 for this stage and I want to do a little staging for Régis. I come near him and start to do a little teasing: « Something’s going to happen soon – Oh yeah, what? – Do you know how many kilometers we did today?” I look up and see a car coming. I am in the middle of the road and try to fall back to the side. But Régis is on the side. So I fall back on Régis (very logical as you can see). What happens then is what I imagine happens when a scooter and a truck collide: I continue with a slight bump and Regis falls on the ground. Fortunately, neither Regis nor Candide is angry with me in the end. I promise I will retake a bike license as soon as I have the time (did you say lockdown??).

The road along the Loire is superb, between the vineyards, the troglodyte houses, the forest or the sandbanks. And it ends up taking us to Tours at nightfall, where one of my aunts welcomes us for an aperitif and a cousin of Régis for dinner and overnight. Macron announces the lockdown. Great.

Sunset when arriving in Tours
We didn’t learn from the collision, we are living dangerously!!

We decide to continue at least until Angers. The Loire, the wind, the beautiful houses… the ingredients of the day before are still present. Small lunch break in a restaurant, probably the last one before a little while. Saumur. Angers. Another beautiful day that ends. Régis prefers to return by train to Paris with his sister who welcomes us for the night, I continue to Nantes and then I will return to Nouan to go and spend the lockdown there with my parents. The farewells to Candide and Régis are full of emotions: these were two very beautiful days (at least from my point of view, if someone has another opinion on the question, speak now or be silent forever!!).

I am alone on the road to Nantes, facing the wind, but with a short stage in front of me. Apart from a small passage in the mud, nothing in particular to report on the day. I avoid the city center when I arrive in Nantes and go straight to Dodo. We defy confinement and we meet at Nico’s for a raclette to enjoy a little more being able to be together…

The next day, turn around and return to the parents. It’s sunny, the wind is still blowing, but now it’s pushing me. I change banks to go up the Loire and I try to savor all the kilometers I have left to cover. The road is beautiful, the Loire too, the wind is pushing me, all that’s missing is a ray of sunshine to make the day perfect. 2 minutes later my wish is granted. Let’s enjoy!

The Loire
Mont Jean-sur-Loire

I return to Angers and make a small detour to La Flèche, in memory of the 3 years I spent there at school. The weather is clouding over, it is even starting to rain but I almost come to like it because I can pedal a little longer. I find a small corner of the forest sheltered for the night. In the morning, I notice that my little corner is not so well sheltered: it is pouring and windy, all the equipment is soaked, me too, but I still enjoy. These are my last kilometers for a while. Especially the ones where I’m almost at a standstill because of the wind. The road goes by. A little too fast for my taste. It’s a long day but at the same time I don’t want to stop. Blois. The Loire again. Then I ride back the path we traveled with Régis. Forests, ponds, small villages. Then home. For a month. I will at least have time to clean and dry the equipment before leaving… Damn COVID…

Blois

COVID m’a stopper…

Jour 108, Nouan Le Fuzelier, 8.628 km

Il parait que Confucius disait qu’une image parle plus que 1000 mots… Voilà mon image pour aujourd’hui :

Un vélo confiné a du mal à avancer…

Mais comme je dois aussi trouver de nouvelles occupations pour les 8 heures de vélo par jour que je ne ferai plus pendant le prochain mois, je vais commencer par écrire un vrai article.

Départ de Nouan mercredi dernier. Régis m’a rejoint avec Candide (apparemment donner un nom à son vélo est devenu la norme, Jay se sent de moins en moins seul…) et nous allons descendre la Loire jusqu’à Nantes. Les annonces du gouvernement prévues le soir même ne nous inquiètent pas, je suis pour ma part persuadé qu’on ne sera pas reconfinés… Le début de l’étape est très solognot : petit étang, petite forêt, grande forêt, grand étang, jolies maisons, petit étang, grande forêt… On assiste à une véritable bataille de couleurs, entre le vert des sapins, le jaune et le marron des chênes, le rouille des fougères, le bleu du ciel et le noir de la route, c’est magnifique.

Premier arrêt : Chambord ! J’en profite d’ailleurs pour fêter mes 8.000 km à vélo et Bob suggère d’ajouter quelques tourelles au château pour atteindre un total de 8.000 tourelles, qui serait plus en adéquation avec son statut de borne millométrique. J’ai écrit à l’Elysée pour faire une demande, je vous tiens au courant des suites de l’affaire.

Régis et Candide
Chambord, 8ème borne millométrique
La forêt parée de sa tenue d’automne

On rejoint la Loire un peu après Blois, et avec la Loire vient le vent. De face bien sûr, sinon ce ne serait pas drôle. Heureusement, on est de temps en temps protégés par les arbres. On passe aussi dans les vignobles, qui proposent eux aussi une sacrée palette de couleurs : vert, rouge, orange, jaune, un régal pour les yeux… On est presque au kilomètre 100 pour cette étape et je veux travailler la mise en scène pour Régis. Je me rapproche de lui et commence à faire un peu de teasing : « Il va se passer un truc bientôt – Ah oui, quoi ? – Tu sais à combien de kilomètres on est ? » Je lève la tête et vois une voiture qui arrive en face. Je suis un peu au milieu de la route et je me rabats sur le côté. Mais il y a Régis sur le côté. Donc je me rabats sur Régis (la logique est implacable comme vous pouvez le constater). Il se passe alors ce que j’imagine qu’il se passe lorsqu’un scooter et un poids lourd entrent en collision : je continue ma route et Régis se retrouve par terre. Plus de peur que de mal heureusement, ni Régis ni Candide ne m’en veulent finalement. En revanche je repasse le permis vélo dès que j’en ai le temps (vous avez dit confinement ??).

La route de long de la Loire est superbe, entre les vignobles, les maisons troglodytes, la forêt ou les bancs de sable. Et elle finit par nous mener à Tours à la tombée de la nuit où une de mes tantes nous accueille pour l’apéro et une cousine de Régis pour le dîner et la nuit. Macron annonce le confinement. Bonne ambiance

Coucher de soleil en arrivant à Tours
La collision n’a pas servi de leçon, on joue avec le feu !!

On décide de continuer au moins jusqu’à Angers. La Loire, le vent, les belles maisons… les ingrédients de la veille sont toujours présents. Petite pause le midi dans un restaurant, probablement le dernier avant un petit moment. Saumur. Angers. Encore une belle journée qui se termine. Régis préfère rentrer en train à Paris avec sa sœur qui nous accueille pour la nuit, je continue jusqu’à Nantes et je rentrerai ensuite à Nouan pour aller me confiner chez mes parents. Les adieux à Candide et Régis sont chargés en émotions : ce furent deux bien belles journées (du moins de mon point de vue, si quelqu’un a un avis contraire sur la question, qu’il le dise maintenant ou se taise à jamais !!).

Je me retrouve donc seul sur la route de Nantes, face au vent, mais avec une étape courte devant moi. Hormis un petit passage dans la boue, rien de particulier à signaler sur la journée. J’évite le centre-ville en arrivant et je file direct chez Dodo. On brave le confinement et on se retrouve chez Nico pour une raclette et pour profiter encore un peu de pouvoir être ensemble…

Le lendemain, demi-tour et retour chez les parents. Il fait beau, le vent souffle toujours, mais maintenant il me pousse. Je change de rive pour remonter la Loire et j’essaie de savourer tous les kilomètres qu’il me reste à parcourir. La route est belle, la Loire aussi, le vent me pousse, il ne manque plus qu’un rayon de soleil pour que la journée soit parfaite. 2 minutes plus tard mon vœu est exaucé. Je profite, je profite.

La Loire
Mont Jean-sur-Loire

Je repasse par Angers et fais un petit détour par La Flèche, en mémoire des 3 années de prépa que j’y ai passées. Le temps se couvre, il se met même à pleuvoir mais j’en viendrai presque à l’apprécier parce que je peux pédaler encore un peu. Je trouve un petit coin de forêt abrité pour la nuit. Au petit matin, je constate que mon petit coin n’est pas si bien abrité : il pleut et il vente, tout le matériel est trempé, moi aussi, mais je savoure toujours. Les kilomètres me sont comptés. Surtout ceux où je suis quasiment à l’arrêt à cause du vent. Ça défile. Un peu trop vite à mon goût. La journée est longue mais en même temps je ne veux pas m’arrêter. Blois. La Loire à nouveau. Puis je fais en sens inverse le chemin que nous avons parcouru avec Régis. Forêts, étangs, petits villages. Puis la maison. Pour un mois. J’aurais au moins le temps de nettoyer et faire sécher le matériel avant de repartir… Foutu COVID…

Blois

The return of the prodigal son

Day 95, Nouan Le Fuzelier, 7.920 km

It took me 3 months, braving almost 8,000 km of roads and paths across 10 countries, overcoming the scorching heat, freezing cold, rain, snow and wind, escaping mosquitoes, geese and hedgehogs, eat kilos of rice, chocolate and dried fruits, to finally arrive home … Some of you will tell me that the shortest way to go from Hamburg to Nouan Le Fuzelier does not necessarily go through Bratislava, Zurich, Valence and Brussels. This is not completely wrong. However, I planned everything perfectly to arrive just before the rain. And I must say that I am glad to be comfortably seated in an armchair by the fireplace instead of pedaling on my bike at this precise moment…

But before getting home, I have to finish the Roubaix-Paris first. Last stage this Sunday. With a promising arrival on the Champs Elysées! In addition, the field is crowded with the presence in the peloton of Sophie, the rising star of French cycling, and Casca, quadruple winner of the classic of the South-West, the famous Montauban-Toulouse-Montauban race. In addition, the dire weather conditions promise to make this latest opus of the northern classic a true masterpiece. And the start already keeps all its promises: a very dense fog and a hill with terrible percentages (at least 1000% according to the unions, 10% according to the police) in the first 5 kilometers: no preliminary warm-up, the runners are already on fire!

The Seine disappears in the fog
Smiles are still in there before the actual departure

Quite quickly, we leave the city to take small country roads. The fog has not completely lifted but we can tell that the sun is not far away. There is not a breath of wind, the road is flat, almost without a single car, ideal for cycling on Sundays! Small attacks shake the peloton, especially on the climb of Radepont, but it is together that the favorites reach the first supply point…

We feel that the sun is coming…
Casca and Sophie attacking the climb of Radepont
Bicycles also need rest

Despite a little mechanical incident just before the lunch break (a portion of dirt track that was fatal to Sophie’s rear tire), we arrive at the famous T’Avernes in the village of Avernes (funny name right?) where the mid-stage refueling was planned. The boss does not seem delighted to see a cyclist pack invade her restaurant (« You want to eat? We are no longer allowed to have that many people in the restaurant with the new law … ») but the benevolent banter of Casca gets the better of her resistance and she quickly serves us a tournedos accompanied by its pepper sauce which heals morale and legs… Under the sun, the countryside is beautiful. We pass near castles, in the forest, we cross rivers, the birds accompany us in the plain, a real treat. The end of the stage is a little more complicated: the legs are heavy, the knees creak, landscapes are replaced by building bars and the fresh air by the exhaust gases. The crossing of Paris goes smoothly by following the new cycle paths of the mayor: La Défense, the Champs-Elysées and the rue de Rivoli. We finally go separate ways and I head to Maison-Alfort for a reunion raclette at Cannelle and Thomas with Adrien and Alexandra as surprise guests (a gap of almost 10 years before meeting is far too long …).

A castle on the road
Crossing the Oise
Arrival in Paris…

… and it’s Sophie who raises her arms on the Champs

The next day, the sun is still there and the temperatures are not too cold. Heading home! The start of the stage is not very exciting: lots of town, a bit of the Seine, but above all factories and industrial areas. I look forward to finally reaching the countryside. I get quickly disillusioned when I realize it’s windy. A lot of wind. Headwind. And not a single tree or a hill to shelter me from it. It’s hard. I’m not moving at all and start to tell myself that at this pace I won’t be in Nouan before 10:30 pm. I’m starting to think that if it’s really too late I’ll stop for the night. Wind turbines are becoming the object of fierce hatred for me. If I had had a spear I would have tried to become a modern-day Don Quixote … In the end, it only lasts about sixty kilometers before I reach the forest of Orleans. Rarely have I enjoyed trees so much. In addition, the road is flat, the weather is nice, it becomes pleasant to cycle again!

My worst enemies taunting me from afar
Rescued by the forest

I cross the Loire, which has since the last time I saw it reached its adult size, and I continue to ride in the Sologne forest. After my Sunday cyclists I will meet the Monday cyclist, my brother Thibaut, who comes to join me so that we do the last twenty kilometers together. Night begins to fall, Thibaut hopes to find wild boars, I would prefer not to. Finally everything goes well and we arrive home safely!

The Loire
Night is falling
Reunion on the way
Riding at night

Now a week off, to enjoy family and friends before heading west again mid next week! And this time I don’t bathe you with the daily itineraries but I have updated the map which represents the journey since my departure from Hamburg…

A not so straight way…

Le retour du fils prodigue

Jour 95, Nouan Le Fuzelier, 7.920 km

Il m’aura fallu 3 mois, braver presque 8.000 km de routes et de chemins à travers 10 pays, surmonter les chaleurs torrides, le froid glacial, la pluie, la neige et le vent, échapper aux moustiques, aux oies et aux hérissons, manger des kilos de riz, de chocolat et de fruits secs, pour finalement arriver à la maison… Certains d’entre vous me diraient que le chemin le plus court pour aller de Hambourg à Nouan Le Fuzelier ne passe pas nécessairement par Bratislava, Zurich, Valence et Bruxelles. Ce n’est pas complètement faux. En revanche j’ai parfaitement calculé mon coup pour arriver juste avant la pluie. Et je dois dire que je préfère être confortablement assis dans un fauteuil au coin du feu plutôt qu’à pédaler sur mon vélo à cet instant précis…

Mais avant d’arriver à la maison, il faut déjà finir le Roubaix-Paris. Dernière étape ce dimanche. Avec une arrivée sur les champs qui promet ! En plus le plateau est très relevé avec la présence dans le peloton de Sophie, l’étoile montante du cyclisme français, et Casca, quadruple vainqueur de la classique du Sud-Ouest, la fameuse course Montauban-Toulouse-Montauban. En sus, les conditions météo dantesques promettent de faire de ce dernier opus de la classique du Nord un véritable chef d’œuvre. Et le départ tient déjà toutes ses promesses : un brouillard à couper au couteau et une côte aux pourcentages terribles (au moins 1000% selon les syndicats, 10% selon la police) dans les 5 premiers kilomètres : pas de mise en jambes préliminaire, les coureurs sont déjà chauds !

La Seine se perd dans le brouillard
Les sourires sont encore de mise juste avant le départ réel

Assez rapidement, on quitte la ville pour prendre des petites routes de campagne. Le brouillard n’est pas complétement levé mais on sent que le soleil n’est pas loin. Il n’y a pas un souffle de vent, la route est plate, quasiment sans une seule voiture, idéal pour faire du vélo le dimanche ! De petites attaques secouent le peloton, notamment dans la côte de Radepont, mais c’est groupés que les favoris atteignent le premier point de ravitaillement…

On sent que le soleil arrive…
Casca et Sophie à l’attaque dans la côte de Radepont
Il faut bien que les vélos aussi se reposent

Malgré un petit indicent mécanique juste avant la pause déjeuner (une portion de piste qui aura été fatale au pneu arrière de Sophie), on arrive à la fameuse T’Avernes du village d’Avernes (cet excellent jeu de mots n’est pas du fait de l’auteur mais bien du propriétaire de l’établissement en question) où le ravitaillement de mi étape a été prévu. La patronne ne semble pas ravie de voir un peloton cycliste envahir son restaurant (« Vous voulez manger ? On n’a plus le droit avec la nouvelle loi… ») mais la gouaille bienveillante de Casca a raison de sa résistance et elle a vite fait de nous servir un tournedos accompagné de sa sauce au poivre qui redonne du baume au cœur et des forces dans les jambes… Sous le soleil, la campagne est belle. On passe près de châteaux, dans la forêt, on enjambe des rivières, les oiseaux nous accompagnent dans la plaine, un vrai régal. La fin de l’étape est un peu plus compliquée : les jambes sont lourdes, les genoux grincent, les paysages sont remplacés par des barres d’immeubles et l’air frais par les gaz d’échappement. La traversée de Paris se fait tout de même sans encombres en suivant les nouvelles pistes cyclables de madame la maire : La Défense, les Champs-Elysées et la rue de Rivoli. Je me sépare de mes partenaires et file vers Maison-Alfort pour une raclette retrouvailles chez Cannelle et Thomas avec en invités surprise Adrien et Alexandra (un trou de presque 10 ans avant de se revoir c’est bien trop long…).

Un château sur la route
Traversée de l’Oise
Arrivée à Paris…
… et c’est Sophie qui lève les bras sur les Champs

Le lendemain, le soleil est toujours au rendez-vous et les températures ne sont pas trop fraiches. Direction la maison ! Le début de l’étape n’est pas très excitant : beaucoup de ville, un peu de Seine mais surtout des usines et des zones industrielles. Je me réjouis d’atteindre enfin la campagne. Je déchante assez rapidement quand je réalise qu’il y a du vent. Beaucoup de vent. De face. Et pas un arbre ou une colline pour m’en abriter. C’est dur. Je n’avance tellement pas que je me dis qu’à cette allure je ne serai pas à Nouan avant 22:30. Je commence à me dire que si c’est vraiment trop tard je m’arrêterai pour la nuit. Tant pis. Les éoliennes deviennent pour moi l’objet d’une haine farouche. Si j’avais eu une lance je me serais pris pour un Don Quichotte des temps modernes… Au final ça ne dure qu’une soixantaine de kilomètres avant que je ne rejoigne la forêt d’Orléans. J’ai rarement autant apprécié les arbres. En plus la route est plate, il fait beau, ça redevient agréable de faire du vélo !

Mes pires ennemis qui me narguent au loin
La forêt salvatrice

Je traverse la Loire, qui depuis le temps a atteint sa taille adulte, et je continue à rouler dans la forêt de Sologne. Après mes cyclistes du dimanche je vais retrouver le cycliste du lundi, mon frère Thibaut, qui vient me rejoindre pour que nous faisions les vingt derniers kilomètres ensemble. La nuit commence à tomber, Thibaut espère tomber sur des sangliers, moi je préférerais éviter. Finalement tout se passe bien et on arrive sans encombres à la maison ! Enfin !

La Loire
La nuit tombe
Retrouvailles sur le chemin
La nuit

Maintenant une semaine de repos, pour profiter de la famille et des amis avant de repartir vers l’ouest en milieu de semaine prochaine ! Et cette fois je ne vous bassine pas avec les itinéraires quotidiens mais j’ai mis à jour la carte qui représente le trajet depuis mon départ d’Hambourg…

Un trajet pas très direct

Bike overboard!!

Day 92, Rouen, 7.592 km

A new initiation for Jay and Bob in the last days: we went to see the sea! To be fair, we are talking about the North Sea, I did not dare to go for a dip either, but it is still the sea! And on top of things, under the sun (it seems that the statement in my last post that the weather was cold and rainy in the north is wrong… or the limit between north and south is in Lille…). And since no one had been told that it could also be sunny in October in the region, we were pretty much alone during the last few days!

But let’s go back to Brussels first … my cousin Antoine who welcomes me in Lille asked me not to arrive before 6 p.m., so I take advantage of a quiet morning to have a huge breakfast, chat with Anaïs and Tunc and read a little. It doesn’t rain, is not too cold and there is very little wind, perfect weather for cycling! I leave Brussels fairly quickly and cross part of the Flemish countryside. The villages all have names that are more unpronounceable than each other, and I’m not talking about street names… My GPS is definitely very mischievous lately and takes me for a little ride through the fields (I don’t know who said there was a cycle path there but he should try to go there himself…). It must be the air of Belgium which makes it a little weird. To make my life easier, I decide to rely more on signs than GPS, and I’m doing pretty well. Until somehow there are stairs in the middle of the cycle path… interesting concept, especially with a bike that weighs 45 kilos…

Ah, the nice cycle path

I find myself riding along the Espierres canal and I run into a contingent of geese who demonstrate… I did not fully understand their demands but it is another sign of the current social tension… if even the geese get started… This canal takes me to France. Again, no border, sign, or anything that points the passage from one country to another. Only a few more trees on the banks of the canal, which is now called Canal de Roubaix.

Geese demonstration
The channel before…
… and after the border.

Another sign of the passage in France: the buildings. Bricks everywhere. Red. And brick chimneys. Red. The whole thing looks a little sinister under the gray sky. The classic cycling atmosphere is still there, and I tell myself that I will not be doing Paris-Roubaix this year but Roubaix-Paris (via Boulogne sur Mer and Rouen, not sure that this is validated by the organizers… and on top of that a week in advance). I then stay the rest of the trip in town and end up arriving in Lille. I’m probably passing very close to where my parents lived, but I don’t have enough memories to recognize. The day ends with beers and a nice discussion with Antoine.

The next day, however, I am kicked out at 7:30 am. Antoine has to « go to class »… We all know what students do in the morning and « going to class » is rarely one of their favorite activities … (Since he probably won’t read these lines, Antoine won’t be mad at me, at least I hope…). But at least I tell myself that I will potentially be able to move a little faster than expected in the direction of Rouen (330 km planned over 3 days). So I head for the sea. It’s flat, I have the wind at my back, I’m riding fast. In the sky the battle rages between the blues and the grays and I am afraid of being one of the collateral victims. Fortunately the blues do not let down and never stay too far. Saint-Omer. Ugly. The trees change along the road. It smells like the sea. Boulogne sur Mer. Disappointing. Fortunately I arrive at the edge of the beach with a little bit of sun. It was still worth making this little detour!

The sea

I rejoiced all day telling myself that I was going to follow the North Sea path. Stupid as I am, I imagined a cycle path on the seafront, rocked by the sound of the waves, pushed by a light sea breeze … As a seafront, I am served a departmental road, the sound of engines replace this of waves and exhaust gases the smell of salt. Great… On the other hand, the wind is still there to push me, and when I start looking for my bit of forest for the night I realize that I have almost done 190km. So I will push a little harder on the pedals the next day to arrive in Rouen on Friday evening!

I wake up early in the cold morning (4 ° when I leave) and I make a first stop by a bike repairer: I broke a spoke again, I will have to seriously think about lightening myself up, unless it is the cobblestones which got the better of this one… The sun is present but it has a hard time making itself felt. By mid-morning the countryside still looks sleepy. And I finally have the right to my end of the road along the sea. Between Le Tréport and Criel-Plage, I am at the top of the cliffs, I have the sea on my right, the sun in my eyes and the wind still in the back!

View of Le Tréport from the cliffs
The road flows into the sea

The cycle path at the top of the cliffs

Carried away, I take advantage of the descent and the wind and tell myself that all roads lead to Dieppe. Bad luck, I find myself making a detour through a power station. A clever mix of signs and GPS should be the solution… Dieppe, my last stop on the coast before turning off towards Rouen. I try to take a walk in the city center but I quickly decide to find a park instead… These northern towns are definitely a little sad…

Last stage towards Rouen. It’s straight, slightly hilly (the kind of hill you can see from a distance that hurts your head more than your legs), and it’s starting to get a bit long. Fortunately it goes down at the end and I end up arriving at my aunt Flo and my uncle Laurent before night.

We also found an interesting game to get an idea of ​​the distances: 7.500km, that’s about the distance I would have had to cover if I had wanted to go from Rennes to Kabul by bike … or go 7,5 times from Paris to Milan.

See you next time!!

Brussels – Lille
Lille – Quend
Quend – Rouen

Un vélo à la mer !!

Jour 92, Rouen, 7.592 km

Une nouvelle expérience initiatique pour Jay et Bob ces derniers jours: on a été voir la mer ! Il est vrai qu’on parle de la mer du Nord, je n’ai pas non plus osé aller faire trempette, mais ça reste la mer ! Et sous le soleil en plus (il semblerait que l’affirmation de mon dernier post disant qu’il faisait froid et moche dans le nord soit erronée… ou alors la limite entre le nord et le sud se trouve à Lille…). Et vu que personne n’avait été mis au courant qu’il pouvait aussi faire beau en octobre dans la région, on était plutôt tranquilles pendant les derniers jours !

Mais retournons d’abord à Bruxelles… mon cousin Antoine qui m’accueille à Lille m’a demandé de ne pas arriver avant 18h, du coup je profite d’une matinée tranquille pour prendre un énorme petit dèj, discuter avec Anaïs et Tunc et bouquiner un peu. Il ne pleut pas, ne fait pas trop froid et il y a très peu de vent, un temps idéal pour le vélo ! Je sors assez vite de Bruxelles et traverse une partie de la campagne flamande. Les villages ont tous des noms plus imprononçables les uns que les autres, et je ne parle pas des noms de rues… Mon GPS est décidément très facétieux ces derniers temps et m’emmène faire un petit tour à travers champs (je ne sais pas qui a dit qu’il y avait une piste cyclable à cet endroit-là mais il devrait essayer d’y aller lui-même en vélo…). Ça doit être l’air de la Belgique qui le rend un peu bizarre. Pour me simplifier la vie, je décide de plus me fier aux panneaux qu’au GPS, et je m’en sors assez bien. Jusqu’au moment où quelqu’un décide de mettre des escaliers au milieu de la piste cyclable… concept intéressant, surtout avec un vélo qui pèse 45 kilos…

Ah la belle piste cyclable!

Je me retrouve à longer le canal de l’Espierres et me fait alpaguer au passage par un contingent d’oies qui manifestent… je n’ai pas tout compris à leurs revendications mais c’est encore un signe de la tension sociale actuelle… si même les oies s’y mettent… Ce canal m’amène jusqu’en France. Encore une fois, pas de frontière, de panneau ou un quelconque signe qui indique le passage d’un pays à l’autre. Seulement un peu plus d’arbres sur les bords du canal, qui s’appelle tout de même canal de Roubaix à présent.

Les oies contestataires
Le canal avant…
… et après la frontière.

Un autre signe du passage en France : les bâtiments. Des briques partout. Rouges. Et des cheminées en briques. Rouges. Le tout a un air un peu sinistre sous le ciel gris. L’ambiance des classiques cyclistes est encore présente, et je me dis que je ne ferai pas Paris-Roubaix cette année mais Roubaix-Paris (en passant par Boulogne sur Mer et Rouen, pas certain que ce soit validé par les organisateurs… et avec une semaine d’avance en plus). Je reste ensuite tout le reste du trajet en ville et finis par arriver à Lille. Je passe probablement tout près de l’endroit où ont habité les parents, mais je n’ai pas assez de souvenirs pour reconnaitre. La journée se finit à boire des bières et refaire le monde avec Antoine.

Le lendemain en revanche, je suis mis à la porte à 7h30. Antoine doit « aller en cours »… On sait tous ce que font les étudiants le matin et « aller en cours » fait rarement partie des activités favorites… (Vu qu’il ne lira probablement pas ces lignes, Antoine ne m’en voudra pas trop j’espère…). Mais au moins je me dis que je vais pouvoir potentiellement avancer un peu plus vite que prévu en direction de Rouen (330 km prévus sur 3 jours). Je file donc vers la mer. C’est plat, j’ai le vent dans le dos, j’avance bien. Dans le ciel la bataille fait rage entre les bleus et les gris et j’ai peur de faire partie des victimes collatérales. Heureusement les bleus ne se laissent pas abattre et ne restent jamais trop loin. Saint-Omer. Moche. Les arbres changent le long de la route. Ça sent la mer. Boulogne sur Mer. Décevant. Heureusement j’arrive au bord de la plage avec un petit bout de soleil. Ça valait tout de même le coup de faire ce petit détour !

La mer

Je me suis réjoui toute la journée en me disant que j’allais suivre le chemin de la mer du Nord. Bête comme je suis, j’imaginais une piste cyclable sur le front de mer, bercé par le bruit des vagues, poussé par une petite brise iodée… En guise de front de mer, j’ai le droit à une départementale, le bruit des moteurs remplace celui des vagues et les gaz d’échappement l’odeur du sel. Super… En revanche le vent est toujours là à me pousser, et quand je commence à chercher mon bout de forêt pour la nuit je me rends compte que j’ai quasiment fait 190km. Du coup je pousserai un peu plus fort sur les pédales le lendemain pour arriver à Rouen dès le vendredi soir !

Réveil matinal et à la fraiche (4° quand je pars) et je fais un premier arrêt par un réparateur de vélo : j’ai encore cassé un rayon, il va falloir que je songe sérieusement à m’alléger, à moins que ce ne soient les pavés qui aient eu raison de celui-là… Le soleil est présent mais il a du mal à se faire sentir. En milieu de matinée la campagne a toujours l’air endormi. Et j’ai finalement le droit à mon bout de route le long de la mer. Entre le Tréport et Criel-Plage, je suis en haut des falaises, j’ai la mer à ma droite, le soleil dans les yeux et le vent toujours dans le dos !

Vue sur le Tréport depuis les falaises
La route se jette dans la mer
La piste cyclable en haut des falaises

Emporté dans mon élan, je profite de la descente et du vent et me dis que tous les chemins mènent à Dieppe. Manque de bol, je me retrouve à faire un détour par une centrale électrique. Un savant mélange de panneaux et de GPS devrait être la solution… Dieppe, ma dernière étape sur la côte avant de bifurquer vers Rouen. Je tente de faire un tour dans le centre-ville mais je décide rapidement de me trouver plutôt un parc… Ces villes du nord sont décidément un peu tristes…

Dernière ligne droite jusqu’à Rouen. C’est effectivement tout droit, légèrement vallonné (le genre de faux-plat qui se voit de loin et qui fait plus mal à la tête qu’aux jambes), et ça commence à être un peu long. Heureusement ça descend sur la fin et je finis par arriver chez ma tante Flo et mon oncle Laurent (tout ça avant 21h bien sûr, il faut déjà prendre des bonnes habitudes !!).

On a par ailleurs trouvé un jeu intéressant pour se donner une idée des distances: 7.500km, c’est à peu près la distance que j’aurai dû parcourir si j’avais voulu aller de Rennes à Kaboul en vélo… ou alors faire 7,5 fois Paris-Milan.

Sur ce, à la prochaine !!

Bruxelles – Lille
Lille – Quend
Quend – Rouen

He lives north, way up north

Day 89, Brussels, 7.139 km

I had been warned: « well, the North in October, that’s going be tough… ». Since I’m a little stubborn (I wonder who I got this from), I found a lot of excuses to go anyway (if I wanted to see everyone, I didn’t really have a choice, better October than January, etc. etc.) and that’s it: I reached the northernmost point of the trip for this winter: Brussels. And as I had been told, it was cold, it rained, there was wind… It’s less pleasant than riding in summer but I guess everyone already knew that…

I’m leaving Frankfurt on Friday morning, under a real deluge. As I expected it, I don’t really mind and decide to ignore the fact that I’m wet altogether (the full gear, including the overshoes, helps a lot). I ride along the Main, it’s flat, nothing out of the ordinary, except a factory every now and then… And it still rains. A lot. But since I decided to not be wet, it’s okay. I arrive in Mainz, where I join the Rhine. Nothing particular to report either (to be honest, I did not dig more than that)… I continue to follow the Rhine and begin to think that the poor Germans have not been spoiled by nature: even the banks of the river remain soporifically monotonous (fortunately I slept well the night before, otherwise I would probably have fallen asleep on the handlebars).

I arrive in Bingen am Rhein and I tell myself that I have judged a bit quickly: I understand why people have written poems about this region. Steep mountains that surround the Rhine, a castle perched on the heights every kilometer, vineyards on the hills and pretty little villages. The Lorelei region. It’s simply beautiful. I even forget that it’s raining. I wonder if I can follow the Rhine a little longer to enjoy the landscapes a bit more but that would make me make a « small » detour of about a hundred kilometers and I realize that despite everything I have decided I’m kind of wet… Too bad, I turn towards Luxembourg…

Mainz seen from the Rhine
The Rhine valley, its castles…
… its vineyards and small villages.

As I leave the banks of the Rhine, I climb. The road is quite steep even. The rain doesn’t help but I finally get on the plateau. I see windmills everywhere: bad sign. The rain stops but the wind takes over. Awesome. I take a look at the weather forecast, which tells me that it shouldn’t rain until the evening! Great. 5 minutes later it’s raining so hard that I can’t see 5 meters away. Thanks weather forecast! I run into an old man during a break who tells me he still rides a bike at 75 when the weather allows it. Not today, for example. We laugh and I leave. I’m starting feel my legs and I’m looking for a forest where I can hide for the night. Mission accomplished at nightfall, I manage to pitch the tent in the dark (I’m kind of used to it I imagine), have dinner and jump in bed!

The next day I wake up late (around 7:30 am) and it’s still dark… It’s a change from this summer… It’s cold too, so I put the full gear back on. In addition, I start my day with a big descent and Switzerland has taught me to beware of the cold in such cases … I join the Moselle at Bernkastel, a pretty little village by the river. The GPS recommends that I cut straight on towards Luxembourg but I decide to follow the Moselle instead: wise decision! It’s flat, in the sun, very pretty and I just have to reach out to pick a bunch of grapes for my breaks.

Bernkastel
The Moselle
The Moselle again

Still the Moselle

I cross a new border and enter into Luxembourg (9th country since the start). I find a sign for the traditional photo and set off to climb the last hills before arriving at Laura and Adrien’s place. Adrien picks me up on its bike (second reunion on the road, a little delay this time but nothing serious) and we ride the last kilometers together. We even go as far as to exchange our bikes (I have the impression of flying without my 30 kilos of luggage)! Small mechanical problems at the end of the stage: I get a flat tire (but with Adrien’s bike so I don’t know if that counts for the stats), I realize that my brake pads are dead and that one of my spokes is broken (though I lightened up at Barr…). We will have all that fixed on the road Monday morning, but before that, raclette, board games and well-deserved Sunday rest!

The photo-border
Together it’s funnier!
Visit of Luxembourg on Sunday

Monday morning, new start. First step: a bicycle repair shop to change my broken spoke. I leave in the rain wondering 1. If the store is open (conflicting information between Google and the website) 2. If the wheel will hold. In the end everything goes well and I quickly have a brand new spoke! However, I realize on the next climb that the derailleur has not been adjusted correctly (the repairman must have touched something when changing the spoke) and I almost broke my chain. Luckily, I had a derailleur-setup course at Coco’s and I can do it on my own like a grown-up man. I follow the bike path in the forest, it is a bit slippery at times (I have to push on a climb and hesitate to do it on a descent) but overall quite pleasant. I enter Belgium without realizing it (no photo-border this time) and I arrive in Bastogne. I also pass the 7.000 kilometer! In a few years, there will be a cycle race, the famous Pélunaise classic, between Sète (Sète is pronounced the same way as sept, which means seven in French) and Bastogne, which will have exactly 1,000 km: they will only have to change the letters on the roundabout…

A ride in the forest
The future monument of the Sète-Bastogne race

Belgium ! I cross the Ardennes. The forest is beautiful. There are bits of tanks or cannons in all the villages I pass through. There is also at least one tree called King Baudoin in each of these villages. We are not talking about dumps but container parks (it reminds me of an amusement park for containers… I’m trying to laugh as soon as I can). We are not talking about Cycle paths, but about RaVEL (that makes me laugh too). I cross Thon (Thuna in French) and Jambes (Legs in French). People smile at me and say hello. It’s raining but not too much. It’s hilly but not too much. There is wind… but not too much !! Happy Belgium!

After a night in my tent, I reach the Meuse before riding along it to Namur and then branching off towards Brussels. My GPS tricks me and takes me through paths at the limit of the practicable … I have to push on the climb and I fall hard in the descent. A big hit on the knee and I have to finish walking. But as soon as the Meuse is there I pedal again. Like any self-respecting cyclist in Belgium, I have to go through a little cobbled section, It shakes! Then a long streak through the forest and I arrive in Brussels at Anaïs’ place!

Namur
The cobblestones, but no flat tire for me…

From tomorrow on, I will be heading for the south and the nice weather again (at least I hope) … And I will stay in France until Christmas!

Frankfurt – Horbruch
Horbruch – Luxembourg
Luxembourg – Barsy
Barsy – Brussels

Il habite au Nord, bien plus au Nord…

Jour 89, Bruxelles, 7.139 km

On m’avait prévenu : « ouhla, le Nord au mois d’octobre, tu vas douiller… ». Vu que je suis un peu têtu (je me demande de qui je tiens ça), je me suis trouvé tout plein d’excuses pour y aller quand même (de toute façon, si je voulais voir tout le monde, je n’avais pas vraiment le choix, et puis mieux vaut octobre que janvier, etc. etc.) et ça y est : j’ai atteint le point le plus au Nord du voyage pour cet hiver : Bruxelles. Et comme on me l’avait dit, il a fait froid, il a plu, il y a eu du vent… C’est globalement moins agréable que de rouler l’été mais ça tout le monde le savait déjà…

Je pars donc de Francfort vendredi matin, sous un vrai déluge. Comme je m’y attendais, je ne me formalise pas et décide d’ignorer totalement le fait que je sois mouillé (l’équipement intégral, y compris les sur-chaussures, contribue pour beaucoup). Je longe le Main, c’est plat, rien qui ne sorte de l’ordinaire, hormis une usine de temps en temps… Et il pleut toujours. Fort même. Mais comme j’ai décidé de ne pas être mouillé ça va. J’arrive à Mayence, où je rejoins le Rhin. Rien de particulier à signaler non plus (pour être honnête, je n’ai pas creusé plus que ça)… Je continue à longer le Rhin et commence à penser que les pauvres allemands n’ont pas été gâtés par la nature : même les bords du fleuve restent d’une monotonie soporifique (heureusement que j’ai bien dormi la nuit d’avant, sinon je me serais probablement endormi au guidon).

J’arrive à Bingen am Rhein et je me dis que j’ai jugé un peu vite : je comprends pourquoi on a écrit des poèmes sur cette région. Des montagnes à pic qui entourent le Rhin, un château perché sur les hauteurs tous les kilomètres, des vignobles sur les collines et des jolis petits villages. La Lorelei. C’est tout simplement magnifique. J’en oublie même qu’il pleut. Je me demande si je ne peux pas suivre le Rhin un peu plus longtemps pour profiter encore des paysages mais ça me ferait faire un « petit » détour d’une centaine de kilomètres et je me rends compte que malgré tout ce que j’ai décidé je suis tout de même mouillé… Tant pis, je bifurque vers Luxembourg…

Mayence vue du Rhin
La vallée du Rhin, ses châteaux…
… ses vignobles et ses petits villages.

Comme je quitte les rives du Rhin, je grimpe. Assez fort même. La pluie n’aide pas mais je finis par arriver sur le plateau. Il est hérissé d’éoliennes: mauvais signe. La pluie se calme mais le vent prend le relais. Génial. Je jette un œil sur la météo qui m’annonce qu’il ne devrait plus pleuvoir jusqu’au soir ! Super. 5 minutes plus tard il pleut tellement fort que je ne vois pas à 5 mètres. Vive la météo ! Je croise un petit vieux pendant une pause qui me raconte qu’il fait encore du vélo à 75 ans quand le temps le permet. Pas aujourd’hui par exemple. On rigole et je repars. Je commence à en avoir plein les jambes et je cherche une forêt où me cacher pour la nuit. Mission accomplie à la nuit tombante, je parviens à monter la tente dans le noir (la force de l’habitude j’imagine), un dîner et au lit !

Le lendemain je me réveille tard (vers 7h30) et il fait toujours nuit… Ça me change de cet été… Il fait froid aussi donc je remets l’équipement intégral. En plus je commence ma journée par une grosse descente et la Suisse m’a appris à me méfier du froid dans ces cas là… Je rejoins la Moselle à Bernkastel, un joli petit village au bord de la rivière. Le GPS me recommande de couper tout droit vers Luxembourg mais je décide de suivre la Moselle à la place : bien m’en prend ! C’est plat, au soleil, très joli et je n’ai qu’à tendre le bras pour cueillir une grappe de raisin pour manger pendant mes pauses.

Bernkastel

La Moselle
La Moselle encore
La Moselle toujours

Je traverse une nouvelle frontière et rentre au Luxembourg (9ème pays depuis le départ). Je trouve un panneau pour faire la traditionnelle photo et me lance à l’assaut des dernières collines avant d’arriver chez Laura et Adrien. Adrien vient d’ailleurs me chercher à vélo (deuxièmes retrouvailles sur la route, un petit raté cette fois-ci mais rien de grave) et on fait les derniers kilomètres ensemble. On va même jusqu’à échanger nos vélos (j’ai l’impression de voler sans mes 30 kilos de bagages) ! Petits ennuis mécaniques en fin d’étape : je crève (mais avec le vélo d’Adrien donc je ne sais pas si ça compte pour les stats), je me rends compte que mes plaquettes de freins sont mortes et qu’un de mes rayons est cassé (pourtant je me suis allégé à Barr…). On fera réparer tout ça sur la route lundi matin, mais avant ça raclette, jeux de société et repos dominical bien mérité !

La photo-frontière
A deux c’est quand même plus drôle
Visite de Luxembourg le dimanche

Lundi matin, nouveau départ. Première étape : un atelier de réparation de vélo pour changer de rayon. Je pars sous la pluie en me demandant 1. Si le magasin est ouvert (informations contradictoires entre Google et le site internet) 2. Si la roue va tenir. Au final tout se passe bien et j’ai vite un rayon tout neuf ! En revanche je me rends compte dans la montée suivante que le dérailleur n’a pas été réglé correctement (le réparateur a dû toucher quelque chose en changeant le rayon) et je manque de casser ma chaîne. Heureusement, j’ai eu un cours de réglage de dérailleur chez Coco et je peux le faire tout seul comme un grand. Je suis la piste cyclable dans la forêt, c’est parfois un peu glissant (je dois pousser dans une montée et j’hésite à le faire dans une descente) mais globalement assez agréable. Je passe en Belgique sans m’en rendre compte (pas de photo-frontière cette fois) et j’arrive à Bastogne. Je passe aussi le kilomètre 7.000 ! Dans quelques années, il y aura une course cycliste, la fameuse classique Pélunaise, entre Sète et Bastogne, qui fera exactement 1.000 km : il suffira de changer les lettres sur le rond-point…

On roule dans la forêt
Le futur monument de la course Sète-Bastogne

La Belgique ! Je traverse les Ardennes. La forêt est belle. Il y a des bouts de tanks ou de canons dans tous les villages que je traverse. Il y a aussi au moins un arbre qui s’appelle Roi Baudoin dans chacun de ces villages. On ne parle pas de déchetterie mais de parc à conteneur (ça me fait penser à un parc d’attractions pour conteneurs… on rigole comme on peut). On ne parle pas non plus de Véloroute mais de RaVEL (route à vélo j’imagine, ça me fait rire aussi). Je traverse Thon et Jambes. Les gens me sourient et me disent bonjour. Il pleut mais pas trop. C’est vallonné mais pas trop. Il y a du vent… mais pas trop !! Joyeuse Belgique !

Après une nuit sous la tente je rejoins la Meuse avant de la longer jusqu’à Namur puis bifurquer vers Bruxelles. Mon GPS me joue des tours et me fait passer par des chemins à la limite du praticable… Je dois pousser dans la montée et je me mange dans la descente. Un gros coup sur le genou et je dois finir en marchant. Mais dès que la Meuse est là je pédale à nouveau. Comme tout coureur de classique qui se respecte, j’ai le droit à mon petit secteur pavé, Ça secoue ! Puis une longue séquence à travers la forêt et j’arrive à Bruxelles chez Anaïs !

Namur
Les pavés, mais pas de crevaison pour moi…

A partir de demain je redescend vers le sud et le beau temps (du moins j’espère)… Et je resterai en France jusqu’à Noel !

Francfort – Horbruch
Horbruch – Luxembourg
Luxembourg – Barsy
Barsy – Bruxelles