RE-PAUS(E)!

Jour 192, Avignon, 11.231 km

J’avais laissé Jay chez un réparateur avant les fêtes, le cœur empli d’espoir et des plans plein la tête, me réjouissant déjà à l’idée de longer la Méditerranée depuis l’Espagne, cheveux au vent et face au soleil, pendant que le reste de l’Europe subit vagues de froid et tempêtes de neige… Et puis la vie s’est chargée de me rappeler que les plans qui se réalisent sont souvent ceux qu’on n’avait pas planifiés. Vu qu’il m’a fallu quasiment 3 semaines pour récupérer une nouvelle roue pour Jay, qu’il fait froid partout (et que j’ai fini par me rendre à l’évidence : le vélo par 4° et sous la pluie c’est vraiment pas marrant) et que ce cher virus enferme tout le monde chez soi, j’ai décidé de faire une nouvelle pause. Nouveau départ prévu au début du mois de Mars, en espérant y voir un peu plus clair (dans tous les sens du terme) d’ici là ! En échange de ces deux mois de pause, je prolongerai l’aventure de deux mois de plus cet été, ce qui vous fera de la lecture jusqu’à fin Août!

Mais rassurez-vous, je me suis tout de même bien occupé pendant tout ce temps : un peu de vélo pour aller voir ma tante, avec notamment un petit détour dans les vignes de Châteauneuf-du-Pape. Un tour dans l’arrière-pays aixois pour étrenner le cadeau de Noël de ma cousine, avec un petit détour par le maquis et un passage en haute altitude au milieu. Une nouvelle roue toute neuve et une révision complète pour Jay et un aller-retour à Marseille pour couronner le tout.

Dans les vignes vers Châteauneuf-du-Pape
La montée est sévère…
… mais la vue en haut vaut le détour

Je récupère donc Jay équipé de sa nouvelle roue et me prépare à partir pour Marseille. Je réfléchis longuement à la meilleure manière de dépeindre le sentiment qui m’habite quand je vois cette roue, promesse d’un avenir radieux sans rayons cassés ni détours en catastrophe par le premier réparateur venu. J’ai eu quelques heures de vélo pour y penser, et je suis finalement parvenu à la conclusion que la plus belle façon de le dire serait de laisser parler mon fidèle compagnon : Jay rayonne !! (vous avez compris ?)

Jay rayonne (pour ceux qui n’auraient toujours pas fait le lien…)

Départ pour Marseille donc, je prends une nouvelle fois la route qui me mène à Mallemort (pour la 4ème fois déjà, je commence à la connaitre par cœur), sous une légère pluie (j’ai toujours eu le chic pour choisir mes moments) et avec le vent dans le nez (il paraît que ça n’arrive qu’une fois tous les 20 ans d’avoir un vent qui vient du Sud-Est, le talent je vous disais …). Mais on passe un bon moment tout de même, je suis content de pouvoir refaire un peu de vélo, et puis comme je ne suis pas en sucre je ne sens même pas la pluie (qui s’arrête très vite d’ailleurs). Pour me simplifier la tâche, j’ai décidé de faire un petit détour par les hauteurs au Nord de Marseille histoire d’éviter de faire trop de ville d’un coup. « Bien m’en a pris ! », me dis-je en contemplant la vue après une montée bien casse-pattes. Le ciel est un peu gris mais je distingue Marseille dans le lointain, la mer aussi, et même une superbe ligne à haute tension qui rehausse la beauté du paysage !

Le col Sainte-Anne…
… et la vue sur Marseille

Quand je commence la descente, je me dis que finalement ce n’était peut-être pas une si bonne idée : il y a des trous et des cailloux partout, j’ai peur de casser la roue neuve (!!!) de Jay… Finalement, malgré les crampes qui commencent à se faire sentir dans mes mains, j’arrive sans dommages en bas de la pente et je finis tranquillement les derniers kilomètres qui restent jusqu’à l’arrivée chez un nouvel oncle. Puis après une bonne douche, un apéro revigorant, un dîner bien copieux et un match de l’OM (tradition oblige !), je reprends la route le lendemain pour aller chez des amis.

Il parait qu’il ne pleut quasiment jamais à Marseille. Eh bien j’ai dû ramener quelque chose depuis Hambourg dans mes sacoches : la visite de la ville est écourtée à cause d’une belle averse. Qu’à cela ne tienne, on se venge pendant le weekend : tour en avion au-dessus de Marseille le samedi matin et randonnée dans les calanques le dimanche. Et le tout sous un soleil radieux !

La fine équipe !
La côte bleue
Les calanques sous le soleil
Vue plutôt agréable pour une pause pique-nique

Le lendemain, étape finale avant la Pause. Du vent est annoncé, du Nord-Ouest cette fois, donc de face (je vous disais que je savais choisir mes moments). Le début du trajet est plutôt tranquille, on traverse les magnifiques quartiers nord de Marseille, avec de temps en temps une énorme côte qui sort un peu de nulle part et qui redescend immédiatement après… Je traverse ensuite Aix (assez mort en cette période de COVID) et arrive juste à l’heure du déjeuner à Venelles pour y retrouver ma tante et ma grand-mère. Jusqu’ici, tout va bien !

L’après-midi s’annonce longue, très longue, surtout que le vent se met à souffler et que je roule sur des lignes droites interminables et bien exposées. Et en prime, je refais le tronçon Mallemort-Avignon pour la 5ème fois, j’en oublie même de m’extasier devant la beauté des paysages. Mais bon, toutes les bonnes choses ayant malheureusement une fin, j’arrive à Avignon et je rentre Jay au garage pour qu’il y passe le mois de février au chaud !

Pause maintenant donc, avec des déplacements en train pour les prochaines semaines et une reprise de la saison cycliste prévue début Mars ! D’ici là portez-vous bien et profitez de l’hiver !

Bilan de mi-parcours

2 commentaires sur « RE-PAUS(E)! »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :