Il est venu le temps de la raclette

Jour 147, Toulouse, 10.251 km

L’avantage quand on est accueilli chez les copains et la famille, c’est que la question des repas revient souvent : « Y’a quelque chose qui te ferait plaisir ? – Tout sauf du riz. Et je mange beaucoup ». Les gens savent aussi que j’aime le fromage (là où je passe, les plateaux trépassent), et on me régale donc à chaque étape, avec un motif récurrent qui me plait beaucoup : la raclette ! Mais comme avant le réconfort, il y a l’effort, il faut tout de même pédaler pour mériter tous ces festins…

Au départ de Bordeaux, je joue la montre une bonne partie de la matinée : il pleut, assez fort, et je fais durer le petit déjeuner et la préparation des sacs un maximum de temps en espérant que ça se calme. Ça ne se calme pas et je me résous à partir, sous la pluie… Une fois sorti de Bordeaux, la pluie se calme, j’ai même le droit à un peu de soleil, je commence à me dire que j’ai eu tort de penser que la journée serait difficile. Je rentre dans la « forêt » des Landes : des alignements rectilignes d’arbres à perte de vue, des lignes droites interminables, pas exactement l’idée que je me fais de la forêt… Et au moment où je commence à être à peu près sec, le déluge : orage, pluie, grêle, vent, tout y passe. Un coup de vent me jette dans le fossé, ma lumière ne marche quasiment plus, je me trouve péniblement un coin en bordure d’un champ pour passer la nuit. Le vent est tellement fort que mon réchaud s’éteint toutes les 30 secondes. Jay en tombe. Deux fois. Et il pleut toujours. Fort.

Le lendemain, le soleil pointe timidement le bout de son nez sur un paysage post-apocalyptique (oui je sais, j’exagère légèrement, mais post-pluie ou post-orage ça rendait moins bien) : un calme qui contraste fortement avec le déchainement de la veille, pas un chat ni un bruit, les rivières qui sortent de leur lit, les routes inondées (je dois passer à un endroit où la route est au moins sous 40 cm d’eau… Mouillé pour mouillé…), mais au moins pas de pluie ni de vent. Ça rend l’étape du jour plus agréable que celle de la veille… Et cerise sur le gâteau : une douche brûlante et une raclette chez Marie et Florent pour clore la journée après un tour dans la magnifique ville de Pau… La vie est dure…

Un rayon de soleil avant la tempête
Après le déluge, les routes sont sous l’eau…
… et les rivières débordent

Lendemain, départ à la fraîche pour la dernière longue étape avant Noel : 177 km pour rejoindre Alex, Diana et Léa à Léguevin. Je me mange une grosse côte juste à la sortie de la ville. Au moins ça réchauffe. Quand je suis à nouveau sur le plat, j’ai une vue dégagée sur les Pyrénées enneigés et ennuagés. C’est superbe ! Il pleut un peu mais pas trop. Il y a du vent, mais dans le dos. Il y a du soleil aussi. Des montées pour me réchauffer, et des descentes pour me reposer. Avec des conditions pareilles je suis prêt à faire du vélo tout l’hiver ! Les collines du Gers se gondolent devant moi, le vent me pousse toujours et le soleil me chauffe. Un vrai régal !

Les Pyrénées au loin
Dans les vallons du Gers

La nuit tombe, ma lampe me lâche. Heureusement ma vision nocturne digne d’un hibou cendré me permet de naviguer sans problèmes jusqu’à destination où je suis attendu avec une belle portion de lasagne, généreusement arrosée de vin. Puis raclette épisode II chez Aude et Guillaume le lendemain. Une belle manière de commencer les quatre jours de pause que je me suis octroyé dans la région toulousaine !! Et je croise les doigts pour que toute la pluie de l’hiver tombe pendant ces quatre jours pour que je puisse repartir au sec lundi !

Et pour les géographes, on peut voir que le tour de France approche de sa fin !

Un avis sur “Il est venu le temps de la raclette

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :