Rencontres sur la route : Berlin – Dresde

Jour 7, Dresde, 624 km

Petit résumé de l’étape en cartes :

Berlin – Klöden
Klöden – Dresden

Arrivé hier dans la soirée à Dresde, j’ai passé la journée à faire du tourisme (un peu), à manger (beaucoup) et à me reposer (beaucoup aussi, dont une petite sieste à l’ombre d’un chêne dans un parc, au top !). Mais je n’oublie pas non plus mes obligations envers vous tous qui vous demandez si Jay ne m’a pas jeté dans l’Elbe à cause du traitement inhumain que je lui fais subir ou si Bob n’a pas orienté sa fureur vers moi plutôt que vers une quelconque bête sauvage et je me mets en recherche d’un endroit sympa où je puisse me poser pendant un petit moment pour donner de mes nouvelles. Je dois avouer que je suis assez satisfait du résultat :

Mon bureau à Dresde

Mais revenons à nos moutons, et faisons un petit retour dans le temps, de deux jours pour être précis. Je suis encore à Berlin, chez Rémy et Stella, dont j’ai honteusement abusé de l’hospitalité pendant les 36 heures que j’y ai passées, et je me remets en route. Je reprends le vélo vers 9h, sous le soleil, et je cherche d’abord à sortir de Berlin. Pour vous donner une idée de la taille de la ville, je fais une vingtaine de kilomètres avant d’atteindre Potsdam. Rien de particulier lors de la traversée de Berlin, je longe l’Havel dans un parc pendant un petit moment, la route est assez vallonnée pour la première fois du voyage (je vais faire dans cette seule journée plus de dénivelé positif que dans les 3 jours qui m’ont amené à Berlin). Vient ensuite Potsdam, puis la campagne. Ça monte et ça descend (assez fort, je fais une pointe à 47 km/h), je suis principalement sur une piste cyclable en bord de route, bref, je roule. Seule petite péripétie, je suis la route sans faire attention aux panneaux et m’étonne que la piste cyclable s’arrête. Un petit coup d’œil au GPS me révèle que j’aurais dû prendre à gauche 10 kilomètres plus tôt et je dois suivre la route, avec voitures et camions qui me frôlent en permanence pour encore 2-3 kilomètres… On m’avait pourtant dit de regarder ou je mettais les pieds… Je finis par arriver à Lutherstadt Wittenberg. Très joli. Je trouve même un agriculteur du coin qui vend des tomates et des fraises sur la place principale : ça va être bombance ce soir !! Je retrouve aussi l’Elbe. C’est calme. Ça roule.

Retrouvailles avec l’Elbe

Je vois un panneau indiquant un camping à 12 km. Ça déclenche des associations d’idées intéressantes : Douche. Eau Potable. Gens. Toilettes. Moins de Moustiques. Banco. Je pousse jusqu’au camping ou je m’arrête pour la nuit. Et ça ne rate pas. En arrivant, je croise le regard d’un type assis à une table, on se dit bonjour, et je me dis que j’ai trouvé un compagnon pour la soirée. Après avoir monté ma tente, je commande une bière et me dirige vers lui, alléché par la perspective de passer une partie de la soirée à discuter. Il s’avère que nouvel ami est tchèque (bon point !), qu’il descend l’Elbe comme moi (bon point !) et qu’il va à Dresde le lendemain (encore un bon point, à ce moment-là je me dis que ce n’est pas possible, tout s’enchaine trop facilement). En revanche, il me dit assez rapidement que sa femme a eu un accident de voiture donc qu’il doit être souvent au téléphone pour régler tout ça (NDLR : seulement des dégâts matériels), ce qui en effet se produit 3 fois pendant nos 20 minutes de conversation, qu’il prévoit de partir le lendemain à 6h (très très mauvais point) et qu’il est vraiment désolé mais que son anglais est trop mauvais pour avoir une conversation… accablé par ce mauvais sort qui s’acharne sur moi, il ne me reste plus qu’à regarder mon éphémère ami regagner sa tente, finir ma bière et aller me coucher…

Heureusement, je me rattrape le lendemain en discutant avec 2-3 personnes pendant le petit dèj. Ils vont tous dans l’autre sens, mais ça fait du bien d’échanger un peu. On reprend la route. On prend même le ferry pour traverser l’Elbe. Jay et Bob sont tout excités.

Je me fais rattraper par un autre cycliste qui engage la conversation. Il vient de Hambourg. Va à Dresde. On roule ensemble quelques kilomètres. On discute. C’est sympa. On fait une pause à Torgau. Jolie place de la mairie. Il s’avère qu’il bosse pour Accenture. Le monde est petit. On discute du meilleur itinéraire à suivre après Dresde. On échange nos contacts. On se reverra peut-être samedi.

Jay et Bob sont sur un bateau. Qui tombe à l’eau?
La place de la mairie à Torgau

Puis nos chemins se séparent, il prend son temps (Note pour la République Tchèque : ça peut être sympa aussi de prendre un peu le temps de voir des choses sur la route). Moi j’ai décidé d’être à Dresde le soir donc je dois avancer. Le chemin est globalement plat et assez monotone. Les kilomètres défilent quasiment sans aucun signe visible à part les gourdes qui se vident et se remplissent. Puis vers Meißen commencent à apparaître des collines, des vignes, des belles maisons. C’est tout de suite plus agréable.

Les bords de l’Elbe changent…
… et c’est tout de suite plus agréable!

La journée commence à être longue. J’ai été un peu ambitieux de planifier deux jours de suite à plus de 120 km, à éviter à l’avenir. En plus je suis les indications du GPS et me retrouve dans les pots d’échappements à rentrer dans Dresde par la zone industrielle plutôt que de suivre les bords de l’Elbe. Malin. Jay est tellement fatigué qu’il ne tient même pas debout pour la traditionnelle photo d’arrivée, malgré les efforts (bruyants) de Bob. Je ne fais pas le fier non plus, et après un burger rapidement avalé je reporte toute activité touristique au lendemain et vais immédiatement profiter d’un bon matelas pour me reposer.

Arrivée à Dresde

Après une bonne nuit de sommeil et un solide petit déjeuner, je me sens prêt à affronter le soleil brûlant et les hordes de touristes. Je commence par Neustadt (la nouvelle ville), quartier plutôt alternatif où se trouve mon auberge de jeunesse. C’est plein de tags, un peu crado mais authentique. Je trouve une chemise dans un magasin de seconde main pour compléter ma tenue de ville. Je passe voir ce que m’a recommandé la demoiselle à la réception. Le Kunsthofpassage (sympa), le musée d’histoire militaire (je passe juste voir le bâtiment), le cimetière juif (décevant), le chevalier doré (le clou du spectacle !! heureusement que je ne suis pas venu à Dresde juste pour ça… on notera la présence pittoresque de toilettes de chantier, malheureusement non accessibles au touriste égaré pris.e d’une envie pressante…) puis me dirige vers la Altstadt (vieille ville). C’est très imposant, aéré, les rues sont en plus réservées aux vélos et aux piétons, en bref je suis content d’avoir fait le détour.

Kunsthofpassage
Kunsthofpassage (encore)
le Cavalier Doré…
… et sa version Google
Altsatdt
Alstadt

La Frauenkirche
La même depuis mon coin sieste
Les balcons de l’Europe (le nom allemand est trop compliqué)
Ces mêmes balcons depuis un pont sur l’Elbe

Demain je reprends la route, direction la Sächsische Schweiz puis la République Tchèque. Vous aurez de mes nouvelle probablement depuis Pilzen, dans 3 jours… Allez à tchao bonsoir !

2 commentaires sur « Rencontres sur la route : Berlin – Dresde »

  1. Le cavalier doré m’a coupé le souffle ! Rare sont ceux qui ont eu le privilège de le voir dans son habit d’apparat !

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :